#Francophonie, #Ontario

Whitby-Oshawa reste dans l’opposition

Le progressiste-conservateur Lorne Coe l'a emporté avec plus de 52% des suffrages lors d'une élection partielle dans Whitby-Oshawa, le 11 février. Étienne Fortin-Gauthier

https://www.youtube.com/watch?v=ss-hjea7gBc&feature=youtu.be
WHITBY – Les progressistes-conservateurs de l’Ontario ont gagné leur pari dans Whitby-Oshawa. Le candidat du parti Lorne Coe a réussi sans difficulté à conserver la circonscription de la banlieue métropolitaine dans le camp de l’opposition officielle lors d’une élection partielle, jeudi 11 février.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

M. Coe n’a pas mis de temps à s’imposer comme le vainqueur. L’élu de longue date au niveau local a pris les devants dès le dépouillement des premières boîtes de scrutin pour l’emporter au final avec 53% des suffrages exprimés. Il prendra le chemin de la Législature provinciale juste à temps pour la rentrée parlementaire d’hiver, le 16 février.

«Nous allons refaire de l’Ontario, le moteur du Canada. Comme nouveau député, nous allons faire de cette province le meilleur endroit pour faire des affaires et bâtir une famille», a lancé M. Coe dans son discours de victoire. «On assiste à un revitalisation du parti. On amène la province où elle devrait être avec une vision fiscale responsable», a-t-il ajouté.

Lorne Coe a soutenu que le Parti progressiste-conservateur avait «changé» grâce au leadership de son chef Patrick Brown. La formation est dorénavant à l’écoute de la jeunesse et des communautés ethniques, tout en misant sur une gestion responsable de l’économie, selon lui.

Le chef progressiste-conservateur Patrick Brown a signé une double victoire dans Whitby-Oshawa, son premier vrai test aux urnes. Dans un premier temps, il a pu garder sous son aile l’un des deux seuls bastions de son parti dans la grande région de Toronto. Et dans un deuxième temps, il a pu asseoir un peu plus sa crédibilité en tant qu’homme fort de l’opposition à Queen’s Park et en tant qu’aspirant sérieux au pouvoir.

«Ce soir, les citoyens ont envoyé un message fort aux libéraux. On a dit à la première ministre que les citoyens méritaient mieux! Ils méritent mieux pour le secteur de l’automobile et ils méritent mieux que des augmentations des coûts de l’électricité», a déclaré M. Brown devant ses partisans. «Les libéraux ont mené une campagne négative pour masquer la faiblesse de leur bilan», a-t-il ajouté.

Le chef de l’opposition officielle à Queen’s Park n’a pas manqué de souligner l’augmentation des appuis progressistes-conservateurs dans la circonscription par une dizaine de points, par rapport au dernier scrutin.

Les électeurs de Whitby-Oshawa votent «bleu» depuis 1995.

 

«Nous n’avons pas fini»

La candidate libérale Elizabeth Roy, une autre élue locale, est montée sur la deuxième marche du podium avec 28% des voix. Une défaite amère pour le parti au pouvoir à Queen’s Park, qui croyait avoir une bonne chance de ravir à l’opposition l’une de ses meilleures terres de chasse. La première ministre ontarienne Kathleen Wynne et quelques-uns de ses ministres influents ont visité plusieurs fois le comté. Le premier ministre canadien Justin Trudeau les a rejoints pour un rassemblement partisan, à deux jours du scrutin.

«Évidemment, nous aurions tous voulu qu’il en soit autrement ce soir. Mais nous avons créé un dialogue dans cette communauté, qui n’avait pas lieu avant cette élection partielle. C’est un grand accomplissement», a déclaré Mme Wynne, déçue, devant ses partisans. «Nous n’avons pas fini. Nous n’avons pas fini», a ajouté Mme Roy, laissant entrevoir un match de revanche en 2018.

La candidate néo-démocrate Niki Lundquist, qui a fait campagne contre la privatisation du fournisseur d’électricité Hydro One, s’est contentée d’une lointaine troisième place avec 16% des suffrages. L’avocate dans le milieu syndical a encaissé sa défaite avec des partisans et quelques élus de son camp, mais sans sa chef Andrea Horwath, qui avait pourtant visité plusieurs fois les électeurs de Whitby-Oshawa dans l’espoir d’y provoquer la surprise.

«D’une porte à l’autre, nous avons entendu les gens nous dire qu’ils veulent arrêter la vente d’Hydro One et bien que cette campagne soit terminée, la bataille continue pour arrêter cette vente à courte vue», a relancé Mme Horwath par le biais d’un communiqué en fin de soirée, le 11 février.

La candidate verte Stacey Leadbetter a récolté un peu moins de 2% des voix.

Le taux de participation a été de 29% seulement.

La circonscription de la banlieue de Toronto était sans représentation à Queen’s Park depuis la démission de la progressiste-conservatrice Christine Elliott, à la fin de l’été 2015. L’ancienne députée avait brigué sans succès la chefferie de son parti, contre Patrick Brown, quelques mois avant son départ de la Législature. Elle a depuis décroché le poste d’Ombudsman de la santé de la province.

 

Désignation d’Oshawa

Les enjeux francophones se sont taillé une place dans la campagne électorale dans Whitby-Oshawa, alors que la minorité francophone de l’endroit cherche depuis 2009 à obtenir la désignation de la Ville d’Oshawa en vertu de Loi sur les services en français de l’Ontario.

Les trois principaux candidats ont donné leur appui à une désignation «discrétionnaire» qui garantirait des services provinciaux aux francophones d’Oshawa et des alentours même s’ils ne sont pas suffisamment nombreux au sens de la loi. Mais aucun d’entre eux n’a pris d’engagement clair pour faire avancer le dossier, qui demeure bloqué par des élus locaux qui craignent d’écoper d’une facture additionnelle.

Seule la chef néo-démocrate Andrea Horwath a dit voir d’un bon œil que l’Ontario dépoussière un peu sa Loi 8 de 1986 et, en particulier, les critères de désignation des régions où des services provinciaux sont offerts dans la langue de la minorité.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org