#Canada, #Francophonie, Vidéos

Un an de belles intentions pour les francophones

OTTAWA – Il y a un an, une vague rouge s’abattait sur le Canada. Le Parti libéral du Canada (PLC) s’assurait une majorité au parlement fédéral, avec 184 sièges sur 338 à combler, remportant même la totalité des circonscriptions des provinces de l’Atlantique. Chez les francophones en milieu minoritaire, on attendait beaucoup de ce changement.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Attendu sur le dossier de l’immigration, du financement des organismes, de la pleine application de la Loi sur les langues officielles (LLO) ou encore sur la question de l’accès à la justice en français, l’élection de Justin Trudeau a suscité un certain enthousiasme dans les communautés francophones en situation minoritaire.

Un an plus tard, la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Sylviane Lanthier dresse un bilan plutôt positif.

«La principale différence avec le nouveau gouvernement, c’est l’écoute. Et puis,  certaines actions ont déjà été posées, comme le retour du formulaire long et obligatoire du recensement et d’un programme de stimulation de l’immigration francophone, avec Mobilité francophone. Le gouvernement va également bientôt rétablir le Programme de contestation judiciaire sous une nouvelle formule et il travaille sur le nouveau plan d’action sur les langues officielles. Ce sont des pas importants pour nous.»

Toutefois, Mme Lanthier juge que ces pas ne répondent pas encore totalement à l’ensemble des aspirations des francophones de l’extérieur du Québec. La FCFA attend notamment du gouvernement un plan d’action sur les langues officielles qui réponde aux besoins des communautés francophones en situation minoritaire et qui s’arrime avec leurs priorités. Mais avant 2018, la présidente de l’organisme porte-parole des francophones à l’extérieur du Québec espère que le gouvernement agira là où les besoins sont criants, citant les domaines de l’immigration francophone et de la petite enfance.

«Il y a un nouveau budget qui s’en vient en 2017. Ce nouveau gouvernement met en place des initiatives qui s’adressent à l’ensemble des Canadiens, ce serait important qu’il développe une lentille francophone. Le plan d’action est une initiative majeure, mais cela n’empêche pas que les ministères répondent aux besoins des communautés dès maintenant!»

La présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier. Archives #ONfr

Mme Lanthier indique aussi quelques petites divergences avec le gouvernement libéral.

«On n’est pas nécessairement d’accord avec tout ce que le gouvernement dit tout le temps. Sur la question des juges bilingues à la Cour suprême du Canada, par exemple, on continue de dire que nous avons besoin d’une loi. Parfois, les gouvernements sont trop frileux. Notre premier ministre, qui est un moteur de promotion pour le Canada et qui donne de l’espoir à beaucoup de gens, pourrait donner beaucoup d’espoir aux communautés francophones avec des messages positifs et proactifs.»

Le taux de satisfaction générale dont jouit M. Trudeau surprend la professeure à l’École d’études politiques et titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques de l’Université d’Ottawa, Linda Cardinal.

«Dans les milieux francophones, on a l’air prêt à lui laisser sa chance, parce qu’on semble convaincu qu’il y a quelque chose de bien qui va en sortir. Il y a pourtant eu des nominations d’unilingues, les problèmes au bureau de la traduction… Mais pour l’instant, M. Trudeau, c’est un peu « M. Téflon ». Si ça avait été le gouvernement conservateur, on serait peut-être déjà devant les tribunaux. C’est comme si M. Trudeau ne pouvait pas décevoir!»

La politologue explique aussi cette mansuétude par une communication parfaitement maîtrisée.

«C’est un gouvernement qui maîtrise très bien la communication politique. Mais après un an, il ne peut plus se contenter d’images, il a besoin de prendre des décisions, et pas seulement en matière de langues officielles.»

 

L’opposition sceptique

Du côté des partis d’opposition, le porte-parole aux langues officielles pour le Parti conservateur (PC), Bernard Généreux (M. Généreux était porte-parole aux langues officielles au moment de cette entrevue. Il a depuis été remplacé par Sylvie Boucher, député de Beauport — Côte-de-Beaupré — Île d’Orléans — Charlevoix. M. Généreux est devenu porte-parole au Développement économique), préfère ironiser.

«On a beaucoup plus reculé qu’on a avancé avec ce gouvernement en matière de langues officielles. Les libéraux consultent beaucoup, mais il est temps qu’ils passent de la parole aux actes. On dirait qu’ils ne sont pas pressés d’agir. Je leur mettrais un D+.»

M. Généreux souligne également qu’à la différence du premier ministre Stephen Harper, M. Trudeau ne respecte pas toujours un juste équilibre entre le français et l’anglais dans ces discours, notamment à l’extérieur du pays.

«Les gens vont rapidement se rendre compte que ce gouvernement ne tient pas ses promesses!»

Sylvie Boucher

La nouvelle critique conservatrice en matière de langues officielles, Sylvie Boucher, ancienne secrétaire parlementaire aux langues officielles en 2006-2007, enfonce le clou: «Il y a eu beaucoup de promesses et très peu d’actions. Il faut arrêter de faire de belles promesses, ce ne sont que des mots. Ce n’est pas tout de faire des photos et de serrer des mains, il faut aussi agir pour que nos francophones hors Québec aient tous les mêmes droits. Les francophones doivent avoir les mêmes services que les gens qui parlent l’anglais», juge-t-elle, citant notamment le dossier de la santé en français et plus particulièrement, celui de la santé mentale.

Un peu moins virulent, son homologue néo-démocrate, François Choquette, parle d’un bilan «mi-figue, mi-raisin».

«Il y a eu de bonnes choses, comme le retour du programme Mobilité francophone, mais sur d’autres dossiers, les libéraux doivent encore démontrer que les langues officielles sont une de leurs priorités! Sur la question d’Air Canada, par exemple, on dirait plutôt qu’ils essaient de glisser le problème sous le tapis…»

Le député néodémocrate, porte-parole aux Langues officielles, François Choquette. Courtoisie

Le critique néo-démocrate parle d’un fiasco dans le dossier du remplacement de M. Fraser.

«On a besoin d’un chien de garde fort en matière de langues officielles. Le délai pour remplacer le commissaire aux langues officielles est inacceptable alors qu’on connait la date de son départ depuis longtemps!»

Pour Mme Cardinal, le gouvernement aura une bonne occasion de montrer son attachement au bilinguisme en 2017, avec le 150e anniversaire de la Confédération.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.