#Ontario

Santé: cap sur l’accès, la connectivité et la transparence

(Photo: Courtoisie)

TORONTO – Un meilleur accès. Une meilleure connectivité. Et une plus grande transparence. Voilà, en somme, dans quelle direction le Dr Eric Hoskins entend mener le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario au cours des trois prochaines années.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Le Dr Hoskins a dévoilé les grandes lignes de son plan Priorité aux patients, qu’il a présenté comme une deuxième phase de transformation du système de santé de la province, lors d’un discours devant l’Empire Club du Canada, à Toronto, le lundi 2 février.

L’ancienne titulaire de la Santé à Queen’s Park, la vice-première ministre Deb Matthews, avait amorcé cette transformation du système de santé, beaucoup axée sur les soins à domicile, en 2012. Le but était alors de freiner l’augmentation des dépenses du ministère qui consomme à lui seul 52 milliards $ par année, soit près de 40% du budget total de la province.

«Oui, il y a des défis. Nous ne nous en cacherons pas», a déclaré le Dr Hoskins. «Notre population vieillit. Nos ressources financières sont limitées. Mais ce sont des défis que nous pouvons surmonter.»

Le plan du Dr Hoskins intervient alors que les négociations contractuelles sont rompues avec les
25 000 médecins de l’Ontario et qu’environ 3000 infirmières des Centre d’accès aux soins communautaires (CASC) sont sur les lignes de piquetage, réclamant des hausses de leurs salaires.

«Nous devons travailler ensemble», a exhorté le ministre.

«Porte d’entrée»

S’il doit un jour réduire ses dépenses, le Dr Hoskins dit qu’il n’est pas prêt toutefois à compromettre l’accès aux soins de première ligne. Au contraire, le médecin torontois a plaidé devant l’Empire Club pour un accès plus rapide pour les patients à des rendez-vous avec des fournisseurs de soins primaires et des spécialistes, et des investissements au-delà des 138 millions $ sur trois ans déjà annoncés pour la santé mentale.

«Nous avons besoin d’une porte d’entrée à notre système de santé qui soit ouverte 24/7», a insisté le Dr Hoskins, empruntant souvent au podium la forme et le style de l’ancien premier ministre Dalton McGuinty, qu’il l’avait d’ailleurs recruté en 2009.

L’élu de St. Paul’s a dit aussi miser sur les nouvelles technologies pour réduire les temps d’attente, notamment dans le partage de renseignements médiaux d’un professionnel à un autre.

Connectivité

Au chapitre de la connectivité – ou l’intégration – des services de santé, le Dr Hoskins a dit vouloir poursuivre dans cette même trajectoire qu’a empruntée le gouvernement libéral à Queen’s Park, il y a trois ans.

Une priorité du ministère de la Santé demeurera donc de mettre les patients en contact avec les services dont ils ont besoin «pour recevoir des soins mieux coordonnés et intégrés dans la collectivité, plus près de leur domicile», a fait savoir le ministre.

Le Dr Hoskins a d’ailleurs rappelé l’existence à travers la province d’une soixantaine d’organismes Maillons santé communautaires, dont le mandat est justement de réunir des fournisseurs de soins communautaires afin de «mieux coordonner les soins aux patients ayant des besoins complexes».

Dernier élément du plan Priorité aux patients, la transparence du système de santé de l’Ontario doit passer, entre autres, par des rapports publics exhaustifs sur les temps d’attente et sur le rendement des cliniques et des hôpitaux. La Loi 8 de 2014 prévoit, par ailleurs, la création d’un poste d’ombudsman des patients dont le mandat sera de résoudre les plaintes et de garantir que le système demeure axé sur leurs besoins.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org