#Canada, #Francophonie

Programme libéral: toujours aucun chiffre pour les langues officielles

Le Parti libéral du Canada a dévoilé, lundi, sa plateforme électorale permettant d'en savoir un peu plus sur ses intentions quant aux langues officielles. (Photo: Parti libéral du Canada)

 

OTTAWA – Le Parti libéral du Canada a dévoilé lundi sa plateforme électorale. Intitulé «Le bon plan pour renforcer la classe moyenne», le document aborde la question des langues officielles sans aucun engagement chiffré.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Dans son document de 80 pages, le Parti libéral poursuit sa campagne de séduction opérée auprès de la classe moyenne et ce, pour «favoriser le développement d’une économie forte», selon des termes maintes fois entendus durant la campagne.

Les grandes mesures annoncées ici et là se retrouvent sans surprise dans ce document. La question, peu présente dans la campagne, des langues officielles parvient elle aussi à se frayer un chemin dans le projet du Parti libéral.

Un gouvernement libéral se donnerait pour «objectif d’encourager et de favoriser l’utilisation des langues officielles du Canada». Pour y parvenir, un nouveau plan pour les langues officielles sera mis en place qui profitera aux minorités linguistiques anglophones et francophones. Le Parti libéral assure également vouloir s’assurer que tous les services gouvernementaux soient fournis en conformité avec la Loi sur les langues officielles. Les libéraux promettent également de mettre sur pied un service en ligne gratuit d’apprentissage et de maintien du français et de l’anglais comme langue seconde et de rétablir le Programme de contestation judiciaire, ainsi que de faire de nouveaux investissements à CBC/Radio-Canada.

Si cette dernière promesse a été chiffrée dans le plan financier du parti, soit un investissement de 75 millions en 2016-2017, puis des investissements de 150 millions les trois années suivantes, le reste des engagements libéraux en matière de langues officielles demeure encore trop flou pour rassurer complètement les francophones hors Québec.

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) a pourtant affiché clairement plusieurs priorités, notamment des investissements dans les organismes, institutions, activités et services par et pour les francophones ou encore des mécanismes pour renforcer l’immigration francophone hors Québec.

Si le Parti libéral s’est montré ouvert à la mise en place de la définition inclusive des francophones, comme le souhaiterait la FCFA, il tarde à préciser sa position vis-à-vis du financement des organismes de langue officielle en situation minoritaire ou encore de la mise en place d’une lentille francophone aux programmes d’immigration.

Joint par l’équipe de #ONfr, le Parti libéral n’a pas répondu aux demandes de précisions.

Critiques du NPD

La FCFA préfère attendre d’avoir tous les détails des programmes des partis entre les mains avant de les commenter. Le plan du Parti libéral n’a toutefois pas manqué de faire réagir son principal adversaire pour incarner le changement dans cette élection. Dans un communiqué, le Nouveau Parti démocratique (NPD) assure que le programme libéral se traduira par des coupures.

Rappelons qu’en matière de langes officielles, le NPD avait chiffré, il y a quelques jours, une partie de son investissement en promettant notamment une enveloppe bonifiée de 30 millions supplémentaires sur 4 ans au 1,1 milliard de dollars de la Feuille de route pour les langues officielles.

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.