#Francophonie, #Ontario, #Opinion

Pourquoi #OttawaBilingue appuie le projet de loi de la députée Des Rosiers

L'hôtel de ville d'Ottawa. Archives #ONfr

[LETTRE OUVERTE]

Le mouvement #OttawaBilingue a vu le jour au mois de juin 2014 dans l’objectif de faire une place à la question du bilinguisme officiel de la Ville d’Ottawa au sein du débat public.

MOUVEMENT #OTTAWABILINGUE

Pendant la dernière année, #OttawaBilingue a réussi à solidifier des milliers d’appuis et a porté la cause dans les différentes arènes politiques pour convaincre les élus municipaux, provinciaux et fédéraux de l’importance de reconnaître le caractère bilingue de la capitale du pays dans la Loi de 1999 sur la Ville d’Ottawa. #OttawaBilingue veut assurer la pérennité de la prestation des services en français offerts par la municipalité pour éviter tout retranchement futur dans les services prescrits par sa Politique de bilinguisme. Il souhaite l’engagement de la municipalité et des citoyens envers les deux langues officielles du pays dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017.

Nouvellement élue députée provinciale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers avait promis de déposer un projet de loi en campagne électorale. Elle a tenu parole et est allée de l’avant. Entourée des ministres et députés provinciaux d’Ottawa: Marie-France Lalonde, Yasir Naqvi,  Bob Chiarelli et John Fraser, elle a eu le courage de déposer ce projet de loi privé le 31 mai 2017. Ce geste, nous l’attendions depuis longtemps.

Certes, nous convenons que le projet de loi proposé n’est pas tout à fait conforme à ce que nous demandions. Nous aurions préféré une reconnaissance de l’égalité du français et de l’anglais en droits, statuts et privilèges dans la loi au lieu de son préambule. Toutefois, pour la première fois, le caractère bilingue d’Ottawa, capitale du Canada, pourra être enchâssé dans la Loi de 1999 sur la Ville d’Ottawa.

Cette reconnaissance est un symbole puissant de la dualité linguistique au sein de la municipalité d’Ottawa. Il permet de commencer à réparer l’erreur de 2001 de la part du gouvernement Harris qui refusa de reconnaître le bilinguisme officiel de la Ville d’Ottawa tel que demandé par voie de résolution adopté par le conseil municipal de l’époque. Plus de 15 ans plus tard, nous attendons beaucoup du gouvernement de Kathleen Wynne, et c’est Nathalie Des Rosiers, qui aura posé le geste qui permet enfin au dossier de franchir une nouvelle étape importante.

Le projet de loi privé poursuit de façon pragmatique, mais durable, l’officialisation du français au sein de la Ville. Il vient confirmer que le Règlement sur le bilinguisme de la Ville est bel est bien adopté en vertu de l’article 14 de la Loi sur les services en français et que les futurs élus municipaux ne pourront soustraire la Ville aux balises et protections qu’offre cette loi, pierre angulaire des droits linguistiques en Ontario.

Au-delà de sa portée juridique, le projet de loi a aussi une fonction symbolique importante et pourrait avoir des effets institutionnels et sociaux non négligeables. En effet, si adoptée, la nouvelle loi permettra de mieux refléter la réalité des deux langues officielles de la capitale fédérale et de souligner la valeur qu’on accorde au français, qui est aussi une langue publique commune à Ottawa. Il donnera enfin à la population francophone d’Ottawa et du Canada un legs tant attendu et une autre occasion de célébrer le 150e anniversaire de la Confédération.

Le projet de loi privé confère aussi une nouvelle force normative au Règlement sur le bilinguisme et à la Politique sur le bilinguisme de 2001, qui en font dorénavant plus que de simples outils de gestion. De plus, le projet pourrait contribuer à injecter un nouveau dynamisme envers les langues officielles et l’offre active de services en français à la Ville. Il pourrait inciter le conseil municipal et le gouvernement fédéral à renouveler leur collaboration en vue d’une action concertée pour la promotion des langues officielles au sein de la capitale du pays.

Le projet de loi privé porte l’espoir de la population francophone d’Ottawa dont on sait qu’elle ne ménage pas ses efforts lorsque vient le temps de voir à la promotion et l’épanouissement des langues officielles et de la francophonie dans la région de la capitale fédérale. De plus, l’immense enthousiasme des jeunes envers le bilinguisme officiel de la Ville d’Ottawa montre bien toute l’importance d’un projet de loi comme celui de Nathalie Des Rosiers. Ce projet de loi privé permet de poursuivre avec fierté l’histoire de la communauté francophone à laquelle nous appartenons.

 

Le mouvement #OttawaBilingue milite pour le bilinguisme officiel à la Ville d’Ottawa.

Note: Les opinions exprimées dans les lettres ouvertes publiées sur #ONfr n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de #ONfr et du Groupe Média TFO.