#Ontario

Patrick Brown en mode séduction

Le chef progressiste-conservateur, Patrick Brown et le maire d'Ottawa, Jim Watson. Benjamin Vachet

OTTAWA – Invité au petit déjeuner du maire d’Ottawa, Jim Watson, vendredi 4 mars, le chef du Parti progressiste-conservateur (PC) de l’Ontario, Patrick Brown, a attaqué le gouvernement libéral de Kathleen Wynne et promis que son parti a tiré les leçons du passé.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Dans une rhétorique bien huilée, alternant traits d’humour et vives attaques à l’encontre du gouvernement libéral de l’Ontario, Patrick Brown a saisi l’occasion offerte pour dévoiler les priorités de son parti.

Tour à tour partisan d’investissements en infrastructures, notamment routières, et dans le milieu de la santé, dont le domaine de la santé mentale et dans les hôpitaux, M. Brown a reproché à la première ministre Kathleen Wynne d’avoir creusé la dette de la province à plus de 300 milliards $ et de ne pas respecter ses promesses.

«Le plan libéral pour l’infrastructure était d’abord de 8 ans, puis de 10 ans, aujourd’hui il est étalé sur 12 ans… Mais c’est aujourd’hui que l’Ontario a des besoins en infrastructures, pas dans 12 ans!»

Devant plusieurs élus progressistes-conservateurs, dont la députée de Nepean-Carleton Lisa MacLeod et celui de Carleton-Mississippi Mills, Jack McLaren, mais également devant le député libéral d’Ottawa-sud, John Fraser, M. Brown a reproché au gouvernement libéral de mettre en péril l’avenir de l’Ontario.

«La politique du gouvernement a un impact négatif sur nos familles et nos communautés. Elle a conduit à la perte de centaines de milliers d’emplois dans le secteur manufacturier», a-t-il adressé, dans un discours uniquement en anglais.

Brown appuie le train léger

Assurant ne pas vouloir être partisan, M. Brown s’est toutefois dit prêt à appuyer les bonnes idées d’où qu’elles viennent. Il a notamment félicité le gouvernement d’avoir mentionné dans son budget 2016 la phase 2 du train léger et l’élargissement de la 417 entre l’avenue Maitland et la promenade Island Park, à Ottawa.

Un commentaire qui a eu le don de satisfaire le maire d’Ottawa, et ancien ministre libéral de l’Ontario, Jim Watson.

«Je suis content que M. Brown appuie la deuxième phase du train léger, car c’est  notre première priorité à la Ville d’Ottawa. L’ancien chef du parti, M. Hudak, était un peu vague sur ce projet. Là, nous avons une promesse de M. Brown, tout comme de Mme Wynne et de Mme Horwath. Les trois partis appuient notre demande d’1 milliard $ pour la prochaine étape.»

Retournant à ses attaques, M. Brown n’a pas manqué d’aborder un de ses sujets de prédilection, soit la vente partielle d’Hydro One et les coûts trop élevés de l’énergie en Ontario qui pénalisent, selon lui, les familles mais aussi la compétitivité des entreprises ontariennes.

Revenir à la base

Interrogé sur les précédents échecs de son parti lors des dernières élections et ce, malgré des sondages favorables, M. Brown y est allé de son explication.

«Nous avons raté des opportunités alors qu’il y avait un goût pour le changement chez les Ontariens», a-t-il reconnu. «Ce qu’il nous faut, c’est retourner à nos racines, garder notre parti connecté. Je peux vous dire que notre prochaine plateforme proviendra de la base de notre parti.»

Le PC Ontario se réunit en congrès d’orientation du 4 au 6 mars, à Ottawa.

Le maire Watson a adressé un message à M. Brown en cas d’élection alors que l’entente signée pour compenser les transferts de programmes et de services provinciaux aux municipalités, décidés sous le gouvernement de Mike Harris, arrivera à son terme en 2018.

«Cette entente est très importante pour nous autre. Quand M. Harris a décidé ses transferts, cela a pénalisé les municipalités. Les Ottaviens se retrouvaient à payer pour la sécurité de la cour provinciale de l’Ontario, ici à Ottawa, alors c’est une institution provinciale et non pas municipale. L’entente a permis de régler cette situation et j’espère que, peu importe le parti qui sera en place en 2018, il respectera et renouvellera cette entente.»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.