#Canada, #Francophonie

Parcs Canada: les recommandations du commissaire ignorées

Parcs Canada a encore du travail à faire pour offrir des services en anglais et en français, selon le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser. Wikimedia commons

OTTAWA – Dans un rapport de suivi publié jeudi 22 septembre, le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, s’inquiète du manque de services bilingues dans les parcs et lieux historiques du Canada.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

À l’approche du 150e anniversaire du Canada qui verra les parcs et lieux historiques de Parcs Canada ouvrir gratuitement leurs portes, le commissaire Graham Fraser dénonce l’inégalité des services offerts aux visiteurs.

«L’Agence a déjà des défis à relever pour assurer l’égalité des services en français et en anglais à tous ses sites. Si le nombre de visiteurs augmente considérablement en 2017 en raison de l’entrée gratuite, cela ne fera qu’amplifier le défi», remarque M. Fraser.

En septembre 2012, le commissaire aux langues officielles du Canada avait publié un rapport dans lequel il enjoignait Parcs Canada à suivre ses recommandations afin de remédier aux manquements observés au regarde la Loi sur les langues officielles. Le commissaire aux langues officielles souhaitait ainsi que Parcs Canada s’assure d’offrir aux visiteurs des services de qualité égale dans les deux langues officielles, de faire de l’offre active, de consulter les représentants des communautés de langue officielle en situation minoritaire et enfin, de surveiller son rendement en matière de prestation de services de qualité égale dans les deux langues officielles à tous les lieux.

Quatre ans plus tard, dans son rapport de suivi, M. Fraser constate que seulement deux de ses neuf recommandations ont été suivies d’effet, que trois ne l’ont été que partiellement et que quatre recommandations n’ont tout simplement pas été respectées, bien que Parcs Canada se soit engagé à toutes les mettre en œuvre.

«Même si les visiteurs sont habituellement accueillis et reçoivent de l’information écrite dans les deux langues, les programmes offerts en personne et l’interprétation ne sont souvent offerts que dans la langue de la majorité», indique le commissaire. «Cela ne constitue pas un service de qualité égale.»

L’Agence Parcs Canada est tenue de fournir des services en anglais et en français dans 214 lieux qu’elle administre partout au Canada. Plus de 23 millions de personnes ont visité ces lieux en 2015-2016 et encore davantage sont attendues en 2017.

Le commissaire rappelle que dans son récent sondage sur le bilinguisme, 82% estimaient que le 150e anniversaire de la Confédération devrait être une occasion de promouvoir les langues officielles du Canada.

«Les Canadiens s’attendent à pouvoir accéder aux programmes des lieux nationaux dans la langue officielle de leur choix durant l’année de célébration du Canada en 2017 et par la suite, a déclaré le commissaire. Tout comme nos deux langues officielles, les parcs nationaux et lieux historiques du Canada appartiennent à tous les Canadiens. Ces parcs et lieux doivent pleinement respecter et refléter notre dualité linguistique», conclut M. Fraser.

 

Accueil favorable

La ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna responsable de Parcs Canada, a indiqué qu’elle accueillait favorablement le rapport de suivi du commissaire aux langues officielles.‎

«‎Tel qu’indiqué dans le rapport, il y a certainement place à amélioration chez Parcs Canada et les fonctionnaires continueront de travailler en collaboration avec le Bureau du commissaire de faire un suivi aux recommandations du rapport pour améliorer l’application de la Loi sur les langues officielles au sein de l’Agence. ‎Parcs Canada s’est engagé à offrir des services bilingues au public dans tous les bureaux désignés bilingues, les parcs nationaux et les lieux historiques nationaux, conformément à ses obligations en vertu de la Loi sur les langues officielles. ‎Offrir des services bilingues est essentiel à la réussite des objectifs de Parcs Canada de lier les Canadiens au patrimoine naturel et culturel du Canada et cela demeurera un objectif principal de Parcs Canada», a commenté Mme McKenna dans un échange de courriels avec #ONfr.‎

L’Agence Parcs Canada, de son côté, souligne les efforts qui ont été entrepris depuis 2012 pour se conformer à ses obligations au regard de la Loi sur les langues officielles.

«Depuis la vérification sur la prestation de ses services bilingues en 2012, Parcs Canada a fait d’immenses efforts pour mettre en place des pratiques efficaces dans le domaine des langues officielles tels qu’une stratégie de gestion du rendement pour des services bilingues et une trousse (Hello! Bonjour!), laquelle fait partie de la formation obligatoire sur l’expérience du visiteur que reçoit tout le personnel qui interagit avec les visiteurs. Parcs Canada a également élaboré un cours de sensibilisation aux RH de base, lequel explique les obligations en lien avec les langues officielles et fournit de l’information pour améliorer la compréhension et l’interprétation des politiques, directives et exigences des langues officielles, y compris l’obligation d’examiner les profils linguistiques pour toutes les nouvelles mesures de dotation et les postes qui deviennent vacants.»

L’agence indique également qu’en 2015-2016, 98% des visiteurs ont dit avoir été servis de façon satisfaisante dans la langue de leur choix et qu’elle n’a reçu aucune plainte cette année concernant «communications avec le public et prestation des services».

«Malgré nos bons résultats, Parcs Canada reconnaît qu’il y a place à l’amélioration dans ce domaine. Des représentants officiels de Parcs Canada travailleront en collaboration avec le bureau du commissaire pour déterminer la meilleure façon de mettre en place ces recommandations.»

 

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.