#Canada, #Francophonie, #Ontario

Ottawa bilingue: les libéraux fédéraux pas très chauds

L'élection de Justin Trudeau avait laissé espérer une nouvelle dynamique et peut-être quelques appuis pour le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue. Archives

OTTAWA – Les partisans du Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue (MOCOB) qui, avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral, espéraient de nouveaux appuis prompts à faire une pression sur le maire d’Ottawa résolument opposé au projet, risquent d’être déçus. Désormais majoritaires à la Chambre des communes, ministres et députés libéraux se montrent beaucoup moins catégorique lorsqu’il s’agit de se prononcer sur cette initiative.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Pourtant, en 2014, Stéphane Dion, alors porte-parole en matière de langues officielles pour le PLC, estimait que la Ville d’Ottawa «aurait avantage à accorder le même statut au français et à l’anglais».

Dans les circonscriptions de la capitale nationale, les soutiens se font du bout des lèvres et le mot d’ordre est clairement d’éviter l’ingérence.

La députée d’Ottawa-centre et ministre de l’Environnement et du changement climatique, Catherine McKenna, symbolise cette réticence. Déclinant la demande d’entrevue de #ONfr, elle indique par courriel: «Cette question tombe sous la responsabilité de la Ville d’Ottawa et du Conseil Municipal. Je serais toujours engagée auprès de la Ville sur les questions qu’elle souhaite soulever.»

Alors que les députés d’Ottawa-sud, David McGuinty, et de Nepean, Chandra Arya, ont eux aussi esquivé nos demandes répétées depuis décembre, leurs collègues, Karen McCrimmon, dans Kanata-Carleton, et Anita Vandenbeld, dans Ottawa-Ouest-Nepean, disent encourager le bilinguisme, mais répètent à l’unisson que la décision doit être prise au niveau municipal.

«Je suis confiante que le conseil municipal d’Ottawa prendra la décision la plus juste pour refléter la diversité linguistique d’Ottawa», souligne Mme McCrimmon.

Après avoir affirmé lors de la campagne électorale qu’il interpellerait le maire d’Ottawa pour le faire changer d’avis, le député d’Orléans, Andrew Leslie, s’est lui aussi ravisé dans les pages du quotidien LeDroit, s’alignant sur la position de ses collègues. Joint par #ONfr, celui-ci indique n’avoir «rien à ajouter sur son point de vue en ce qui en est du bilinguisme à Ottawa».

Favorables à la démarche du MOCOB, les députés d’Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, et de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, ne comptent pas non plus intervenir davantage.

«C’est sûr que cela représenterait une protection supplémentaire aux services déjà existants», reconnaît M. Drouin. «Mais comme élu fédéral, je pense qu’il est important de respecter le rôle de chacun. C’est à la communauté de s’exprimer auprès de ses élus municipaux.»

 

Mélanie Joly refuse de se prononcer

Laisser au conseil municipal le soin de régler la question du bilinguisme officiel semble être le mot d’ordre des libéraux. Sollicité par #ONfr, le député d’Acadie-Bathurst, Serge Cormier, ne souhaitait pas s’exprimer, indiquant vouloir se ranger derrière la position officielle de Patrimoine canadien.

Au ministère, Mélanie Joly, tout comme son secrétaire parlementaire, le franco-albertain, Randy Boissonnault, ont décliné les demandes d’entrevue de #ONfr, non sans que Mme Joly ne se fendre d’un commentaire.

«À titre de ministre du Patrimoine canadien, je suis particulièrement intéressée par les questions relatives au 150e du Canada et à nos langues officielles. Mais puisque la responsabilité au sujet du statut et des règlements sur le bilinguisme de la Ville d’Ottawa incombe aux élus municipaux, il serait inapproprié pour moi de commenter ce dossier précis. Sachez cependant que la préservation de nos langues officielles, notamment par le développement d’un nouveau plan pluriannuel, est au cœur de mon mandat et de mes priorités.»

À l’extérieur d’Ottawa, la frilosité demeure. L’élu franco-ontarien de Nipissing-Timiskaming, Anthony Rota, et le néo-écossais, Darrell Samson, se sont abstenus de répondre, alors que par courriel, le député franco-manitobain de Saint-Boniface, Dan Vandal, ressasse la ligne du PLC.

«Toute amélioration à l’accès de services en français est un pas important pour nos communautés francophones. Mais comme la question de rendre Ottawa ville officiellement bilingue ressort des compétences des gouvernements municipal et provincial, je ne vois pas en ce moment le rôle que pourrait jouer le gouvernement fédéral.»

Certains élus du PLC avouent même ne tout simplement pas connaître l’initiative.

«Je n’ai jamais entendu parler de ce mouvement ni de ce projet», confie Ginette Petitpas-Taylor, députée de Moncton-Riverview-Dieppe, au Nouveau-Brunswick. «Il est certain que comme élue de la seule province officiellement bilingue du Canada, le bilinguisme me tient à cœur et j’y vois de nombreux avantages, notamment économiques. Mais j’ai besoin d’en savoir plus pour savoir si j’appuie ce projet.»

 

Marc Serré se démarque

S’il croit que la Ville d’Ottawa devrait être bilingue, le député de Sudbury, Paul Lefebvre, se range derrière la décision de la municipalité. Il donne toutefois quelques conseils au MOCOB: «Il faut que le mouvement parvienne à démontrer que c’est un projet gagnant pour tout le monde. Actuellement, je pense qu’il y a une peur de l’inconnu de la part de la Ville d’Ottawa.»

Rares sont ceux, donc, parmi les élus libéraux francophones, qui se disent prêts à véritablement promouvoir l’idée du bilinguisme d’Ottawa. Seul le député de Nickel Belt, Marc Serré, se démarque.

«Il est très important qu’Ottawa devienne officiellement bilingue pour assurer la pérennité de nos deux langues officielles. Cela montrerait à travers tout le pays le respect et l’attachement du Canada à ses deux langues officielles. De plus, cela représenterait un avantage économique indéniable pour Ottawa et je ne comprends pas que ce soit encore une question aujourd’hui. Comme députés fédéraux, même si c’est un enjeu municipal et provincial, je pense que nous devons encourager la réflexion et le dialogue entre les partenaires.»

 

Joly appelée à intervenir

Dans les rangs de l’opposition à la Chambre des communes, le porte-parole aux langues officielles pour le Parti conservateur du Canada (PCC), Bernard Généreux, reconnaît n’avoir entendu que très récemment parler de ce projet.

«J’ai été moi-même maire (de La Pocatière, au Québec, de 2005 à 2009 – ndlr) et sans vouloir faire la morale au maire d’Ottawa, c’est une richesse d’être une ville bilingue. Je ne vois pas la situation actuelle comme un problème, mais plutôt comme quelque chose qui peut être changée. C’est une question de volonté et je ne peux pas être contre ça, mais on ne peut pas non plus l’imposer et il faut respecter les juridictions de chacun.»

Son homologue pour le Nouveau Parti démocratique (NPD), François Choquette, s’avère moins prudent et appelle la ministre Joly à faire preuve de leadership.

«Le NPD appuie cette idée! Dans un pays bilingue, cela tombe sous le sens que la capitale soit bilingue et je pense que ce serait un très beau cadeau pour le Canada en 2017. Le gouvernement a répété que le bilinguisme était important pour lui, j’encourage donc la ministre Joly à le démonter et à faire preuve de leadership en rencontrant le maire d’Ottawa pour parler de cette question.»

Une opinion que partage Mario Beaulieu, critique aux langues officielles pour le Bloc Québécois (BQ), qui n’a pas hésité à apostropher la ministre Mélanie Joly sur ce dossier, vendredi 29 janvier, en chambre.

«La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, trouve-t-elle acceptable que la capitale d’un pays qui se targue d’être bilingue, d’est en ouest, de côte en côte, refuse depuis plusieurs années de devenir officiellement bilingue?»

Absente, la ministre Joly a été suppléée par M. Boissonnault qui a simplement indiqué que le gouvernement encouragera chaque municipalité qui souhaite devenir bilingue, mais ne souhaite pas s’ingérer.

En entrevue à #ONfr, M. Beaulieu insiste: «C’est quand même aberrant qu’un pays qui se dit bilingue, qui dit être un modèle de cohabitation entre ses deux communautés de langues officielles, n’ait pas une capitale bilingue! C’est un enjeu national et le fédéral doit pousser le dossier!»

 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.