#Ontario

L’Ontario verra encore ses tarifs d’électricité grimper

Le ministre Bob Chiarelli, à droite, lors d'une visite des installations de gaz propane de W.O. Stinson à Ottawa. (Photo: Courtoisie)

TORONTO – Les libéraux à Queen’s Park iront de l’avant avec leur promesse de supprimer, à la fin de l’année, la redevance de liquidation de la dette de l’ancienne société d’État provinciale Hydro Ontario. Mais ce rabais d’environ 67$ par année ne se traduira pas nécessairement par des factures d’électricité plus basses. Dans les faits, il coïncidera avec l’abolition de la Prestation ontarienne pour l’énergie propre qui, elle, relèvera le compte d’environ 200$ par année.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

En moyenne, les contribuables de l’Ontario paieront donc leur électricité 137$ de plus annuellement, à compter du 1er janvier 2016.

Le gouvernement de Kathleen Wynne a par contre annoncé, le jeudi 26 mars, l’avènement d’un nouveau rabais d’électricité de 250$ à 600$ par année pour les ménages à faible revenu et qui sera financé… à hauteur d’un peu plus de 8$ par année par les autres ménages.

Il s’agirait tout de même d’une «mesure de réduction de la pauvreté», a balancé Mme Wynne à la période de questions à Queen’s Park, soulevant de vives réactions sur les banquettes de l’opposition.

L’Ontario impose une surtaxe de 0,7₵ le kilowattheure sur les tarifs d’électricité depuis une quinzaine d’années, afin de rembourser une partie de ses emprunts pour des installations de production et de distribution d’électricité. Bien qu’Hydro Ontario n’existe plus, d’autres sociétés d’État provinciales – notamment l’Ontario Power Generation et Hydro One – continuent d’exploiter ces installations.

Sondage

«La Commission de l’énergie de l’Ontario a fait un très bon travail dans la préparation de ce programme de rabais. Elle a mené un sondage. Elle a demandé aux répondants s’ils étaient prêts à payer un petit peu plus sur leur facture d’électricité pour aider les familles à faible revenu. Et 70% des répondants étaient d’accord», a expliqué Bob Chiarelli, ministre de l’Énergie, le 26 mars. «On parle ici de 70₵ par mois.»

L’élu d’Ottawa a fait valoir que «les pressions (financières) sur notre système» d’électricité de l’Ontario sont le résultat d’investissements importants dans des énergies vertes pour débarrasser la province de ses centrales électriques au charbon.

L’opposition à Queen’s Park, elle, n’y voit qu’une hausse des tarifs pour l’ensemble des contribuables.

«Est-ce que les factures d’électricité sont trop élevées? Oui. Elles sont trop élevées pour tout le monde», a pesté le progressiste-conservateur John Yakabuski, de la région de Renfrew dans l’Est ontarien. «Et plusieurs des bénéficiaires de ce rabais (pour les moins nantis) vivent dans des logements qui ne sont pas munis d’un compteur d’électricité individuel. Comment vont-ils pouvoir bénéficier du rabais? Va-t-il falloir installer des compteurs d’électricité dans toutes les unités de logement de la province?»

Bob Chiarelli s’est montré favorable à ce qu’éventuellement toutes les unités de logement de la province aient leur propre compteur d’électricité. Il ne s’est toutefois pas avancé sur les coûts potentiels d’une telle entreprise. Rappelons que l’installation de compteurs intelligents d’électricité à la grandeur de la province aurait coûté deux fois plus cher que prévu, soit près de 2 milliards $, selon un récent rapport de la Vérificatrice générale.

«Les gens qui s’attendent à un rabais n’en verront pas la couleur. Le calcul ne fonctionne pas», a réagi pour sa part la chef néo-démocrate Andrea Horwath. «Ils verront peut-être la hausse prévue de leur facture d’électricité amortie quelque peu. Mais ils ne verront pas leur facture diminuer. Et la privatisation (possible) d’Hydro One va faire grimper les tarifs encore plus.»

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org