#Canada, #Francophonie, #Ontario, #Opinion

La souffrance des organismes pancanadiens francophones

Le président du RESDAC, Donald Desroches.
Le président du RESDAC, Donald Desroches. Crédit image: Sébastien Pierroz

[ANALYSE]

OTTAWA – L’acronyme ne dit pas grand-chose pour bon nombre de francophones. Le RESDAC, mieux connu comme le Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences, vit pourtant des temps extrêmement difficiles, laissant présager le pire.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Il y a quelques semaines encore, avant de ne plus pouvoir payer sa contribution, l’organisme était membre de la Fédération des communautés francophones et acadienne (la FCFA). Un cercle assez fermé des gros organismes en milieu minoritaire où l’on retrouve par exemple l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

Pour la première fois depuis des décennies, l’un de ces gros joueurs pourrait donc disparaitre. Car depuis le 31 octobre, le RESDAC n’a officiellement plus d’employés ni de locaux. Une nouvelle étape sombre pour l’organisme dont le financement fédéral, jusque-là distribué par l’intermédiaire d’Emploi et Développement social Canada (EDSC), a été supprimé en 2014. Les réserves sont aujourd’hui épuisées.

Mais pourquoi donc une situation si critique? En vérité, les organismes pancanadiens, et même les organismes provinciaux, sont souvent des porte-voix d’une multitude d’organismes. Ce rôle de «parapluie» les oblige à multiplier les déplacements et les ressources sur le terrain pour satisfaire les demandes.

Dans ces conditions, la somme de 150 000 $ exigée annuellement par le RESDAC pour survivre est même une peau de chagrin. Pour les plus nantis à l’instar de l’AFO, dont la subvention de base approche les 700 000 $, il faut bien souvent rivaliser d’ingéniosité pour chercher des fonds additionnels… au risque de devoir se passer de personnel.

Sans compter que les disparités géographiques obligent à revoir la donne. Le coût de la vie en Alberta ou en Colombie-Britannique n’est pas celui des Maritimes. Et dans ces mêmes provinces de l’Ouest, l’arrivée prochaine d’un salaire minimum à 15 $ de l’heure représente un mauvais signal pour la direction des organismes.

 

«Contexte d’urgence et de détresse» en Colombie-Britannique 

La semaine dernière, la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFBC) se fendait d’un communiqué dans lequel elle faisait mention d’un «contexte d’urgence et de détresse».

Au-delà de ces défis techniques, un problème est commun: l’attente de nouveaux fonds dans le Plan d’action pour les langues officielles. Car la somme de 1.1 milliard de dollars distribué depuis cinq ans est désormais insuffisante, et mal adaptée à la hausse du coût de la vie.

Moins d’argent pour cette myriade d’organismes, incluant également les ACFO par exemple, c’est tout simplement moins l’occasion de «célébrer», ou de revendiquer des droits pour les francophones. Sans oublier que dans les périodes difficiles, ces mêmes organismes auront peut-être le réflexe de ne pas chatouiller trop un gouvernement fédéral duquel leur survie dépend.

 

Un plan d’action probablement au printemps 

Pour l’instant, rien ne semble annoncer que Patrimoine canadien dévoilera bientôt le financement du Plan d’action pour les langues officielles. Le printemps parait l’option la plus plausible.

Amatrice des formules d’inclusivité et de transparence, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a ici l’occasion d’envoyer un signal fort aux communautés francophones en milieu minoritaire.

Force est d’admettre que l’équipe Trudeau a pour le moment réparer les pots cassés (rétablissement du Programme de contestation judiciaire, nouveau Programme Mobilité francophone), mais sans passer la seconde vitesse.

À l’inverse, une somme inchangée serait vue par beaucoup comme un profond désaveu des francophones en contexte minoritaire. Au risque de détériorer les relations entre francophones et libéraux au pouvoir.

 

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit du 13 novembre.

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.