#Canada, #Francophonie, #Ontario

Immigration francophone: le Nouveau-Brunswick accueillera un sommet

Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, et , le ministre ontarien des Affaires civiques, de l’immigration et du Commerce International, Michael Chan. Benjamin Vachet

OTTAWA – En marge d’une rencontre des ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables de l’immigration, lundi 14 mars, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a indiqué qu’une conférence sur l’immigration francophone devrait avoir lieu, l’automne prochain, au Nouveau-Brunswick.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Réunis à Ottawa pour parler de l’avenir de l’immigration au Canada, examiner le plan des niveaux d’immigration déposé récemment et faire part de leur expérience en ce qui a trait à la réinstallation et à l’intégration des réfugiés syriens dans leurs collectivités, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables de l’immigration ont également profité de l’occasion pour aborder le thème de l’immigration francophone.

En 2003, le gouvernement fédéral s’était fixé un objectif de 4,4 % d’immigrants francophones en milieu minoritaire d’ici 2023 dans le Cadre stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés de langue officielle en situation minoritaire. Plusieurs provinces ont elles aussi établi des cibles, comme l’Ontario (5%), le Nouveau-Brunswick (33%) et le Manitoba (7%). Mais que ce soit du côté des provinces ou du gouvernement fédéral, aucun n’est parvenu à les atteindre.

«Nous avons parlé de l’enjeu de l’immigration francophone et des choses que le gouvernement fédéral compte faire pour stimuler celle-ci, notamment la possibilité de restaurer le programme Avantage significatif francophone. Nous voulons aussi nous assurer que ceux qui accueillent ces immigrants sont les membres des institutions francophones hors Québec et que ceux-ci puissent les rediriger vers leur communauté», a expliqué M. McCallum.

Une conférence devrait avoir lieu, l’automne prochain, au Nouveau-Brunswick, à l’initiative de la ministre néo-brunswickoise de l’Éduction postsecondaire, de la Formation et du Travail, Francine Landry, afin de poursuivre les discussions, a ajouté le ministre fédéral.

Si tous les détails n’ont pas encore été révélés, cette conférence devrait réunir les ministres de l’immigration de toutes les provinces, le ministre fédéral McCallum, ainsi que les ministres responsables des questions francophones.

Coprésident de la réunion, le ministre ontarien des Affaires civiques, de l’immigration et du Commerce International, Michael Chan, dit attendre beaucoup de cette conférence pour atteindre la cible fixée par l’Ontario en 2015.

«Il est vrai que nous n’avons pas encore réussi à atteindre notre cible. Toute l’aide du gouvernement fédéral sera la bienvenue dans ce dossier. Nous comptons également sur la conférence au Nouveau-Brunswick pour nous aider.»

 

Réformer «Entrée Express»

Si MM. McCallum et Chan ont parlé d’une rencontre «très positive», ils ont précisé qu’il ne s’agit que d’un début.

«Nous nous sommes entendus pour travailler ensemble. J’ai indiqué aux ministres l’intention du gouvernement fédéral de réformer le programme «Entrée express», notamment pour attirer davantage d’étudiants internationaux et les inciter à s’établir ici. Nous avons également discuté de l’importance de l’intégration en emploi des personnes immigrantes, notamment la nécessité de reconnaître les titres de compétence étrangers.»

Les ministres ont convenu de se rencontrer au cours des prochains mois pour discuter de leurs stratégies respectives dans le domaine des titres de compétence, qui relève des gouvernements provinciaux.

M. Chan a insisté sur la volonté de collaboration qui anime les ministres.

«Nos économies comptent sur l’immigration pour demeurer fortes et pour prospérer. La phase initiale de l’initiative pour les réfugiés syriens montre ce qui peut être accompli lorsque les gouvernements collaborent. Je suis heureux de pouvoir poursuivre cette collaboration dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie visant à stimuler l’immigration et à soutenir la croissance économique.»

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.