#Ontario

Deux libéraux accusés de corruption

TORONTO – Des accusations en lien avec des allégations de fraude électorale lors de l’élection partielle de Sudbury ont été déposées contre deux libéraux, dont l’actuelle présidente du Parti libéral, le mardi 1er novembre. Une véritable bombe politique qui a fait trembler Queen’s Park, alors même que deux élections partielles sont en cours. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Patricia Sorbara, l’ancienne chef de cabinet adjointe de la première ministre ontarienne et actuelle présidente directrice-générale (CEO) du Parti libéral de l’Ontario, et Gerry Lougheed, ex-organisateur libéral de Sudbury, font face à des chefs d’accusation de fraude en vertu de la Loi électorale de l’Ontario, a confirmé la police provinciale de l’Ontario (PPO), le 1er novembre en après-midi.

Deux chefs d’accusation de corruption ont été déposés contre Mme Sorbara. Gerald Lougheed fait pour sa part face à un chef d’accusation de corruption. Les deux accusés devront se présenter au tribunal de Sudbury le 21 novembre prochain pour répondre à ces accusations.

«Ça a été une enquête complexe et sans précédent pour l’Unité anti-escroquerie de l’OPP, qui a culminé avec le dépôt d’accusations de corruption en vertu de la Loi électorale de l’Ontario», a indiqué par voie de communiqué le Commissaire de la police provinciale, Vince Hawkes.

Les deux accusés auraient offert à un candidat libéral potentiel, Andrew Oliver, de ne pas se présenter, à l’élection partielle de Sudbury en 2015, en échange d’un emploi ou d’une nomination. Selon la loi électorale, toute tentative pour empêcher un candidat de se présenter en échange d’une récompense constitue un acte de corruption.

[Sous la rubrique corruption] Nul ne doit, directement ou indirectement: donner, procurer ou promettre ou convenir de procurer un poste ou un emploi dans le but d’inciter une personne à devenir candidat, à s’abstenir de devenir candidat ou à retirer sa candidature. – Loi électorale de l’Ontario

Des accusations avaient déjà été déposées contre Gerry Lougheed à l’automne 2015. Mais au printemps dernier, la Couronne avait demandé une suspension des procédures criminelles. La Couronne avait un an pour relancer le dossier.

Patricia Sorbara, elle, ne faisait pas encore face à la justice. Elle était même devenue présidente directrice-générale (CEO) et directrice de la campagne libérale pour l’élection de 2018, au début du mois. En 2014, c’est aussi elle qui avait dirigé la campagne qui avait vu l’élection de Kathleen Wynne à titre de première ministre.

pat-sorbara

 

Tsunami en chambre

La nouvelle du dépôt possible d’accusations contre les deux libéraux avait fait trembler la chambre et occupé la majorité de la période des questions à Queen’s Park, le 1er novembre, en matinée. L’opposition officielle a tenté de faire admettre à la première ministre que Patricia Sorbara agissait au nom de Kathleen Wynne.

«Les Ontariens donnent leur confiance au gouvernement. Le gouvernement a donné sa confiance à Patricia Sorbara. Plutôt que de se distancer d’elle, elle l’a appuyée et lui a donné un poste clé pour la prochaine campagne. Est-ce que c’est parce qu’elle fait exactement ce que demande la première ministre?», a demandé Patrick Brown. Devant les médias, il a d’abord soutenu qu’il laissait à la première ministre le soin de décider si elle souhaitait se retirer ou non de ses fonctions à la suite de ces nouveaux développements. Face à l’insistance des journalistes, il a finalement demandé purement et simplement la démission de Kathleen Wynne.

La chef néo-démocrate, Andrea Horwath, a aussi attaqué la première ministre. «Après lui avoir donné la responsabilité de l’élection de Sudbury, Kathleen Wynne lui a donné la responsabilité d’organiser toute l’élection générale des libéraux!», a-t-elle lancé.

Avant la confirmation officielle des accusations, Kathleen Wynne s’était réfugiée en matinée derrière une réponse unique: «Nous avons collaboré à l’enquête. J’ai déjà dit que si des accusations étaient déposées, elle ne serait plus avec nous», a-t-elle répété devant les médias et en chambre. Elle a ajouté avoir déjà répondu à des centaines de questions sur le sujet.

Le procureur général de la province, Yasir Naqvi, a affirmé que le gouvernement n’a pas à se prononcer sur des enquêtes ou un processus judiciaire en cours. À la suite d’une question de l’opposition, il a ajouté que les électeurs d’Ottawa-Vanier et de Niagara-Ouest Glanbrook allaient voter en regardant le bilan du gouvernement.

L’élection partielle de Sudbury a mené à l’élection de Glenn Thibeault, un transfuge néo-démocrate anciennement député fédéral.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.