#Francophonie, #Ontario

Décès de Paulette Gagnon: onde de choc

Paulette Gagnon

SUDBURY – Une géante du monde culturel franco-ontarien n’est plus: Paulette Gagnon est décédée subitement à l’âge de 62 ans, provoquant une onde de choc. Les hommages sont nombreux pour cette femme de théâtre, qui caressait le rêve de voir un jour la naissance d’une Place des Arts francophone dans sa ville d’adoption.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Originaire de Hearst, Paulette Gagnon a débuté sa carrière dans les années 70 au sein de plusieurs organismes communautaires, notamment Direction Jeunesse, Théâtre Action et le Théâtre du Nouvel-Ontario. Elle hérite par la suite de différents mandats au Conseil des arts de l’Ontario, à La Nouvelle Scène, au Théâtre français du Centre national des Arts, à la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et à l’Association des théâtres francophones du Canada. En 2010, elle joint le Regroupement des organismes culturels de Sudbury et amorce un travail acharné pour la création d’une Place des Arts francophones à Sudbury.

Son départ survient la veille de ce qui pourrait finalement permettre à l’un de ses rêves, la Place des Arts de Sudbury, de voir le jour. Vendredi, le gouvernement fédéral doit annoncer un investissement de plusieurs millions de dollars dans le projet, permettant du même coup de facto sa naissance.

Paulette Gagnon a lutté toute sa vie pour que la culture francophone puisse vibrer en Ontario. «L’identité, c’est important. Quand nous n’avons pas une identité claire, ça fait de nous des êtres plus fragiles», disait-elle dans une  entrevue accordée à TFO en 2015 à l’émission Carte de visite.

La consternation et la surprise sont palpables dans la communauté culturelle, particulièrement à Sudbury. «Paulette a toujours été la chef de file dans le domaine des arts franco-ontariens. Elle était connue partout. Elle était très respectée, ce sera un grand vide. Ça aura un impact énorme à Sudbury», a indiqué Daniel Gingras, responsable du financement du projet de la Place des Arts, lorsque joint par #ONfr.

«Paulette était la mémoire corporative du projet de Place des Arts de Sudbury. Nous allons devoir prendre un petit recul pour absorber le coup. Mais nous allons poursuivre avec le projet, car elle voudrait qu’on continue» – Daniel Gingras

La ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde, a salué le travail accompli par Mme Gagnon. «Triste nouvelle: décès de Paulette Gagnon; ta passion et ton engagement pour la réalisation du projet de Place des Arts ont été inspirants», a-t-elle écrit sur Twitter. Jeudi en journée, Mme Lalonde a réagi pour #ONfr (voir vidéo ci-dessous).

Pour sa part, la ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, Mélanie Joly, a offert ses condoléances à la famille, tout en qualifiant Paulette Gagnon de «grande dame de la culture francophone».

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a aussi tenu à honorer la mémoire de Mme Gagnon. «Nous nous souvenons d’une passionnée qui avançait ses idées avec l’urgence de ceux/celles qui veulent faire la différence pour la francophonie canadienne», a indiqué l’organisme.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) partageait la même tristesse, dans une déclaration envoyée en matinée. Paulette Gagnon avait d’ailleurs déjà été membre du conseil d’administration de l’organisme.

«Aujourd’hui, le rideau tombe pour cette grande dame. Incontestablement, elle laisse son empreinte dans la province et dans le monde culturel et je la remercie de cet investissement personnel pour les Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens. Au nom de l’AFO, je tiens à présenter mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches» –Carol Jolin, président de l’AFO

En signe de commémoration, l’AFO invite à mettre en berne les drapeaux des monuments de la francophonie de l’Ontario en cette journée du 12 octobre.

Les hommages se multiplient également sur les réseaux sociaux depuis l’annonce du décès de Paulette Gagnon. «Tu m’inspirais beaucoup, et je me souviens très bien de ton humour, ton écoute et ta générosité. Je suis sous le choc. C’est une immense perte pour nous», écrit un internaute.

«Pour que la culture franco brille, l’Ontario pouvait, entre autres, compter sur une femme fabuleuse: forte, dynamique, sensible, cultivée et profondément humaine. Cette fée de la culture en Ontario s’est éteinte», écrit une autre.

 

Article écrit avec la collaboration de Sébastien Pierroz

 

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.