#Canada, #Francophonie

Commissaire aux langues officielles: les candidats sollicités en anglais

Le parlement d'Ottawa. Crédit photo: Benjamin Vachet

OTTAWA – Choisie pour dénicher des candidats potentiels au poste de commissaire aux langues officielles du Canada, la firme Boyden est pointée du doigt par certains candidats qui regrettent de n’avoir été sollicités qu’en anglais.   

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

La saga de la nomination avortée de Madeleine Meilleur a conduit le gouvernement fédéral à relancer le processus de nomination d’un nouveau commissaire aux langues officielles du Canada, le 28 juillet dernier.

Comme lors du premier processus, le gouvernement du Canada a retenu les services de la firme de recrutement Boyden afin de trouver des candidats potentiels pour succéder à Graham Fraser à la tête du Commissariat aux langues officielles (CLO) du Canada.

Dans un courriel dont #ONfr a obtenu copie, la firme a bel et bien entrepris son travail de recherche auprès de certains acteurs clés de la francophonie canadienne. Les premières entrevues pourraient démarrer dès le 12 septembre.

Plusieurs candidats contactés fustigent toutefois une démarche effectuée seulement en anglais.

«Based on your background I’m reaching out today as Boyden has been retained to assist with the recruitment for the Official Languages Commissioner of Canada. Further details regarding the knowledge, skills and abilities sought, as well as the eligibility factors can be found at the following links on the GiC Appointment website:…», est-il indiqué, suivi de deux liens dirigeant les candidats contactés vers la description du poste, en anglais et en français.

 

Délai informatique

Jointe par #ONfr, la firme Boyden indique avoir été alertée par des candidats mécontents. Elle explique qu’il s’agirait d’un problème de délai de son serveur informatique. Selon la firme, un second courriel a été envoyé uniquement en français ensuite, et les prochaines communications seront directement dans les deux langues officielles pour «plus de clarté».

Vérification faite par #ONfr, plusieurs candidats témoignent avoir reçu un second courriel… le lendemain, et en provenance d’un autre interlocuteur. De quoi mettre en doute la version de la firme, selon certains.

«C’est inacceptable et je ne suis pas sûr de croire qu’il ne s’agit que d’un problème informatique! Le mal est fait et cette erreur n’aurait jamais dû avoir lieu», fustige l’un des candidats contactés qui préfère garder l’anonymat.

La porte-parole aux langues officielles pour le Parti conservateur du Canada (PCC), Sylvie Boucher, se dit «estomaquée».

Sylvie Boucher
La critique aux langues officielles du Parti conservateur du Canada (PCC), Sylvie Boucher. (Archives #ONfr)

«C’est une saga qui n’en finit pas! Je n’arrive pas à comprendre qu’une firme qui a été embauchée par le gouvernement – et pas gratuitement, j’imagine – pour chercher des candidats au poste de commissaire aux langues officielles, ne soit pas capable de communiquer directement en français et en anglais. Leur excuse n’a aucun sens et je comprends que les candidats soient choqués. Quand le gouvernement fait affaire avec une firme extérieure pour un poste aux langues officielles, il doit s’assurer qu’elle peut travailler dans les deux langues!»

«Comment se fait-il qu’à chaque fois qu’il y a un problème, que le serveur tombe en panne, ce soit toujours en français?» – Sylvie Boucher, porte-parole conservatrice aux langues officielles

Sollicité par #ONfr, le Bureau du conseil privé n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue au moment de publier cet article.

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d’un baccalauréat en Administration économique et sociale et d’une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.