#Francophonie, #Ontario

Cinq projets franco-ontariens toujours en attente

L'image montre un dessin du projet de la Place des arts de Subdury.
La Place des Arts de Sudbury devrait ouvrir en 2020. Crédit image: Archives #ONfr

Dans l’ombre de l’université franco-ontarienne, d’autres projets sont toujours souhaités par les francophones. Entre le plan d’ébauche et l’ouverture définitive, la route est souvent longue. L’exemple avec cinq infrastructures attendues.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

La Place des arts de Sudbury. D’une valeur de 30 millions $, voilà le projet le plus cher de notre liste, même s’il n’a pas connu jusqu’à maintenant de pépins majeurs. Cette idée de très longue date pour la communauté franco-sudburoise a franchi une étape précieuse en avril lorsque les conseillers municipaux ont choisi de la «prioriser». La Ville du Grand Sudbury devrait en dire davantage sur le montant alloué en septembre. «L’argent que donnera la Ville est notre levier pour faire pression sur les deux autres paliers de gouvernement pour le financement», explique à #ONfr, la porte-parole du projet, Paulette Gagnon. Imaginée dès 2008 par le Regroupement des organismes culturels de Sudbury (ROCS), la Place des arts pourrait s’élever sur cinq étages et comprendre trois salles de diffusion. Son ouverture est toujours fixée pour 2020.

La Maison de la francophonie d’Ottawa. Le concept doit réunir bientôt une pléiade d’organismes francophones d’Ottawa sous un même toit. Un projet de rénovation plus que de construction, car la Maison de la francophonie occuperait les locaux de l’ancienne école Grant dans l’ouest de la ville. Le problème: l’ouverture du bâtiment est constamment retardée depuis trois ans. Dernièrement, la présence d’amiante dans l’édifice a apporté un nouvel obstacle. Une contrainte qui risque d’alourdir la facture estimée à 7 millions $. À tel point aujourd’hui que les 4,2 millions $ injectés par la province apparaissent bien insuffisants. Parmi les organismes qui auront leur local dans le bâtiment: La Cité ou encore le Conseil des écoles publiques de l’est de l’Ontario (CEPEO).

La Maison de la francophonie de Toronto. Un appui du maire de Toronto John Tory, et même de Justin Trudeau lorsqu’il était encore député à la Chambre des communes, la Maison de la francophonie de Toronto semble être sur la bonne voie. Sauf que derrière les belles paroles, il n’y a pas eu d’avancées concrètes dernièrement pour le projet estimé à 25 millions $ dont une bonne partie proviendrait du palier provincial. «Actuellement, nous sommes à l’étape de vouloir rencontrer la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, et la nouvelle ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde», explique à #ONfr Kip Daechsel, le président-fondateur de la Maison de la francophonie. Le collège Boréal prévoit occuper des locaux dans le futur édifice de la francophonie torontoise.

Le Village d’antan franco-ontarien. Les choses se corsent toujours un peu plus pour la réalisation de cette réplique d’un village typique de l’Ontario français pendant les années 1850 à 1900. Les subventions n’affluent pas pour la construction du Village d’antan franco-ontarien (VAFO), sur le site de la Fromagerie St-Albert, dans l’Est ontarien. Conséquence? L’ouverture du projet initialement prévue en 2015 a été repoussée en 2017, tandis que le montant de 8 millions $ fixé pour l’ensemble des constructions s’est trouvé ramené à 3,4 millions $. Une menace en somme permanente sur le projet.

Les monuments de la francophonie. Ils sont plusieurs à désirer à leur tour un monument de la francophonie. C’est sans doute à Windsor que l’idée est la plus avancée. Celle-ci s’apparentera à une délocalisation du mur des noms, un monument situé près de l’hôtel de ville et rendant hommage aux familles pionnières à Windsor, le tout sur le terrain en face de l’église Notre-Dame de l’Assomption à l’est du pont Ambassador. Il sera pour le coup coiffé d’un drapeau franco-ontarien et inauguré si tout va bien le 25 septembre 2017. Quelque 300000 $ sont nécessaires pour la construction. Récemment, les municipalités d’Alfred-Plantagenet, de Russell et de Pembroke ont fait valoir leur intention de posséder un monument de la francophonie. La province compte actuellement 15 constructions du genre. Le dernier a été dévoilé à l’entrée de Hawkesbury en novembre 2014.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.