#Francophonie

Alfred: les municipalités disent non à l’Ontario

ALFRED – Impossible d’aider le collège agricole d’Alfred. Voilà la réponse des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), le mercredi 11 février, après la décision provinciale de transférer l’établissement «aux collectivités locales».

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

Le gouvernement régional des huit municipalités rurales dans l’Est ontarien s’est prononcé lors d’une réunion contre ce transfert de responsabilités sans précédent dans l’histoire de la province. Une prise de position faisant suite au communiqué laconique du ministère de l’Agriculture diffusé à cet effet le vendredi 30 janvier.

Une réponse avant tout de principe, si l’on en croit le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien. «Il s’agit de la responsabilité financière de la province de sauver le collège d’Alfred. L’éducation est un domaine provincial. De mémoire, je n’ai jamais vu une telle demande de la province faite aux Comtés unis.»

Selon ce qu’a confié M. Parisien à #ONfr, le gouvernement régional n’aurait de toute manière pas les capacités financières de sauver l’établissement. «Il (le gouvernement) nous demande environ 10 millions $ pour retaper l’infrastructure du bâtiment jugée vieillissante. C’est irréaliste. Cela représente 10% de notre budget.»

Une volonté de la province d’autant plus délicate pour les CUPR qui adopteront vraisemblablement, le 18 février, un budget marqué par le gel des taxes régionales pour l’année en cours.

«On aimerait tous au tour de la table des CUPR que le collège d’Alfred puisse continuer, mais nous sommes dans une période d’austérité», glisse François St. Amour, le maire de la municipalité de la Nation regroupant notamment les villages de Limoges, Saint-Albert et Saint-Isidore. Et de décocher: «C’est encore malheureusement un souhait de la province de se décharger.»

«Annonce très prochainement»

Du côté de Queen’s Park, la ministre déléguée aux Affaires francophones Madeleine Meilleur continue d’affirmer «vouloir régler le problème très vite». La députée libérale d’Ottawa-Vanier demande clairement «un appui» du gouvernement fédéral sur le dossier, mais aussi un engagement des «parties communautaires et locales».

«Le gouvernement s’apprête à faire une annonce très prochainement sur l’avenir du collège d’Alfred», renchérit Mme Meilleur en entrevue à #ONfr.

Le collège d’Alfred a été menacé de fermeture après que l’Université de Guelph (UdeG), à laquelle l’établissement était rattaché, eut décidé de s’en départir pour des raisons financières, à la mi-mars 2014.

Si la province a annoncé dans sa décision du 30 janvier l’assurance d’une rentrée scolaire à l’automne 2015, une ombre plane toujours actuellement sur l’avenir de l’unique établissement d’enseignement agricole francophone en Ontario.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org