Life On Land - A season

La formation montréalaise Life on Land vient de lancer, sous l'étiquette Milagro, son premier album, A Season que l'on peut retrouver dans les magasins depuis le 2 octobre.

Photo de couverture : Life on Land / Crédit : Antoine Petrecca.

De belles rencontres

Life On Land est un projet folk-rock né autour de Jon Richman, un chanteur et auteur-compositeur de talent. C'est en 2011 que la formation voit le jour, lorsque Richman rencontre le bassiste Mark Grand'Maison. Le duo est rapidement rejoint par le multi-instrumentiste Guillaume Tessier (guitare, banjo, guitare lap steel) et par le percussionniste Jean-Denis Boudreau.

Cela a pris plusieurs concerts, répétitions et des heures de travail pour que le quatuor puisse enfin voir le fruit de leur travail.

Dans un répertoire folk moderne avec un côté rock, roots et quelque peu pop, Life on Land a su se démarquer en attirant l'attention de collaborateurs réputés. Le réalisateur Glen Robinson (The Ramones, Foo Fighters, The Rolling Stones) et l'ingénieur Howie Weinberg (Nirvana, Tom Waits, The White Stripes) ont ainsi assuré l'enregistrement et le matriçage de l'album en lui conférant un souffle, une richesse et une ampleur sonore inattendues pour une première galette.

Du rythme et des cordes

Ça commence avec bonhommie lorsque les premiers accords de banjo et de guitare se font entendre sur I'd Have You. On sent déjà le plaisir de jouer, la légèreté du folk et l'amour, surtout, dans la voix chaude et rassurante de Jon Richman. Ça sent déjà le succès, c'est pop. On peut voir une parenté facile avec Mumford & Sons et une autre, plus localement, avec The Great Novel. À la fin, l'harmonica embarque et donne un swing très intéressant à la pièce.

4 am, la prochaine piste à embarquer, possède un rythme plus lent, presque langoureux. Il y a des choeurs et une guitare acoustique dont les notes scintillent à l'oreille. Les percussions sont justes, inventives et diversifiées. Encore une fois, on s'adresse à une fille « let it run down your spin / while I fall to the ground ».

A Season, pièce titre de l'opus, a beaucoup plus d'envergure, de profondeur et de finesse dans son exécution et sa réalisation. Il s'agit d'une très belle pièce chargée d'émotion.

Un folk diversifié, mais cohérent

L'album contient quelques chansons plus douces, de style ballade, telles que Shadows, Fine Things et Shades of Gray.

Cette dernière est légère et offre une ambiance captivante. Je la verrais même dans une comédie musicale avec son côté story-telling, balade et pop.

Best There Is a plus de drive. On danserait assez facilement sur cette chanson-là. Les mélodies sont fortes et la voix est encore plus captivante. L'harmonica à la fin a moins de swing, mais offre une finale douce et captivante.

Il y a des accents roots ici et là, appuyés par une base acoustique très distinctive.

J'ai un petit coup de coeur pour How Can I Explain. Le rythme est original, divertissant et varié.

La dernière piste, The Chase, termine l'album de façon festive, en banjo et cordes diverses.

Mon avis est que le quatuor risque d'intéresser beaucoup d'amateurs de folk. Les chansons sont très accessibles, un peu convenues, mais toujours livrées avec justesse.

Sortie : 2 octobre 2015

Quatre hommes dans un coin, éclairé par en dessous, ils regardent l'objectif.

Life On Land - Crédit : Antoine Petrecca