Daran - Le monde perdu

Un huitième album pour Daran. Qu’est-ce qu’on fait pour un huitième opus en carrière, après avoir déjà offert quelques excellents albums? On fait l’album auquel on pensait depuis 15 ans. C’est ce qu’a fait l’auteur-compositeur-interprète Daran avec Le monde perdu.

Voilà ce que l’artiste originaire de Turin explique sur sa page Facebook : « Les maisons de disque ont toujours été frileuses avec un projet comme celui-là, mais, comme aujourd'hui je n'ai plus vraiment à rendre de comptes sur mes choix artistiques, je l'ai fait. Un album tout seul, entièrement acoustique, guitare / voix / harmonica. »

Dès les premières notes de sa guitare, Daran nous captive. Peut-être qu’il s’agit du timbre de sa voix : presque paternel, musclé, grave, mais usé et éraillé. Sa voix grave colore avec beauté cet émouvant opus de onze titres. Français de naissance, Québécois de cœur, Daran offre un excellent album, percutant et sensible. S’il faut s’attabler pour apprécier à sa juste valeur le dépouillement qui prime sur Le monde perdu, on constate rapidement l’excellence, la poésie et la beauté des images qu’il évoque. L’auteur-compositeur-interprète a travaillé à l’écriture avec Pierre-Yves Lebert ainsi qu'avec Moran qui lui a offert L’exil, de même qu'avec Christophe Miossec pour la chanson Le monde perdu. Même s’il creuse l’émotion, nous chavire et nous fait voyager, Le monde perdu est un album qui fait du bien.

Parmi les chansons phares, nommons L’exil qui mentionne les sans-papiers et la difficulté des voyages, avec un rythme juste. La piste Mieux qu’en face est dénudée et merveilleuse; avec ses accords d’harmonica, il s’agit probablement de ma piste préférée, qui raconte les retrouvailles de deux vieux amis déstabilisés par les femmes. Sa poésie me rappelle celle de Miron sur Douze hommes rapaillés. Le dépouillement sonore et  l’assemblage de chansons présentées sont d’une beauté peaufinée et brute. La sincérité désarmante de Daran est contagieuse et attirante.

Daran a acquis la maturité et la sagesse d’un des grands chansonniers de la francophonie. Il offre ici un chef-d'œuvre d’authenticité poignante. À écouter longuement et à savourer tel un grand cru.