#Ontario

Wynne évoque le risque d’un autre «Walkerton»

TORONTO – Une victoire du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario lors des prochaines élections pourrait mener à un autre scandale mortel de l’eau contaminée comme celui de Walkerton, a laissé entendre la chef libérale Kathleen Wynne, de passage dans la petite municipalité du sud-ouest de la province, le jeudi 15 mai.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

«Nous ne pouvons pas prétendre que (nos) décisions n’ont aucune conséquence», a déclaré Mme Wynne, faisant allusion aux 100 000 emplois que les progressistes-conservateurs de Tim Hudak promettent de sabrer dans la fonction publique de l’Ontario.

Sept personnes sont mortes à Walkerton après avoir bu de l’eau de la distribution publique contaminée à la bactérie E. coli, en 2000.

Bien que deux employés de la municipalité aient reconnu avoir falsifié des rapports sur la qualité de l’eau potable, une commission d’enquête a aussi jeté une partie du blâme sur le gouvernement progressiste-conservateur de Mike Harris, à l’époque, pour avoir éliminé des postes d’inspecteurs sanitaires.

Engagement de 30 millions $

Les compressions de M. Hudak toucheraient aussi des inspecteurs sanitaires, selon les libéraux.

«Aucune communauté de l’Ontario ne devrait jamais avoir à vivre une tragédie comme celle de Walkerton. Les gens s’attendent à ce que leur gouvernement soit là pour les aider, eux et leurs familles. Les gens s’attendent à ce que leur gouvernement soit là pour les protéger», a indiqué Mme Wynne.

La chef libérale a réitéré l’engagement de son parti à investir 30 millions $ sur dix ans dans le Centre de Walkerton pour l’assainissement de l’eau.

De son côté, M. Hudak s’est dit déçu que Mme Wynne utilise le tragédie de Walkerton à des fins politiques. Les compressions qu’il promet seraient nécessaires, selon lui, pour assainir les finances de la province et créer 1 million d’emplois dans le secteur privé.

Le Parti progressiste-conservateur aurait, par ailleurs, repris du poil de la bête dans les intentions de vote, selon un sondage Ipsos Reid, paru le 15 mai. Le clan Hudak récolterait 39% des appuis, contre 30% pour le Parti libéral, 24% pour le Nouveau Parti démocratique et 7% pour le Parti vert.

Un autre sondage, paru le 14 mai, donnait plutôt l’avantage aux troupes de Mme Wynne.

L’Ontario se rendra aux urnes, le 12 juin.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org