#Francophonie, #Ontario

Ville d’Ottawa: 50 % des programmes de loisirs en français annulés

Les militants rêvent toujours de voir Ottawa devenir officiellement bilingue en 2017. Archives #ONfr

OTTAWA – La moitié des activités en français offertes par la municipalité d’Ottawa doivent être annulées, faute d’inscriptions suffisantes.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

C’est en tous cas les conclusions de Dan Chenier, directeur général du Service des parcs, des loisirs et de la culture, lors de la réunion du Caucus francophone, le mardi 29 novembre.

Arts de la scène, arts martiaux, conditionnement physique ou encore programmes aquatiques: ces programmes de loirsirs accuseraient un taux d’annulation d’environ 50 % depuis plusieurs années déjà.

«Il faudrait avoir une approche plus flexible (…) Il serait intéressant d’avoir des publications qui savent promouvoir ces programmations, par exemple dans les conseils scolaires. Le système de temps partiel pour les instructeurs peut-être aussi intéressant.»

Ces annulations vont de pair avec la hausse des programmes donnés dans la langue de Molière qui sont aujourd’hui plus de 4 000 au sein de la municipalité.

Les programmes en anglais subissent aussi des annulations fréquentes, mais en proportion beaucoup moins importante.

«Peut-être que les gens ne s’inscrivent pas parce qu’ils ne savent pas que ça existe», a fait part l’élu du quartier Capitale, David Chernushenko, au micro d’#ONfr. «C’est déjà difficile d’apprendre à nager, alors dans une deuxième langue, c’est encore plus difficile.»

Un son de cloche semblable de la part du maire Jim Watson: «C’est important pour nous autres d’encourager des personnes à utiliser des programmes, parce que s’ils ne les utilisent pas, ils perdent les programmes.»

La Ville d’Ottawa veut aussi miser sur ses six carrefours – comprendre des pôles d’information – installés depuis l’an dernier à travers la ville pour donner une offre en français plus équitable et ainsi éviter les doublons parmi les différents centres d’activités répartis sur le territoire.

En 2013-2014, une proportion d’activités de 8,15 % était donnée par la Ville en français. La cible reste une augmentation annuelle de 2,15 %, a assuré M. Chénier.

 

Bilinguisme officiel

Autour du maire Jim Watson, six conseillers municipaux étaient présents lors de cette réunion du Caucus (Mathieu Fleury, Tobi Nussbaum, Bob Monette, David Chernushenko, Stephen Blais et Jean Cloutier).

Cet exercice annuel d’une heure n’a pas dérogé à la règle des années précédentes: les élus ont parlé en français des initiatives francophones prises par la Ville… tout en évitant les sujets qui fâchent.

caucus

Si le bilinguisme des célébrations du 150e de la Confédération en 2017 a été mis en avant, M. Cloutier, assurant que les bénévoles auront «une formation de base en anglais et en français», le thème du bilinguisme officiel a lui été logiquement évité.

En clôture de la rencontre, Mathieu Fleury a tout de même lancé «demeuré impliqué» dans ce projet même si certains conseillers étaient restaient «indécis».

Un sondage auprès des conseillers publié par #ONfr la semaine dernière a montré que seuls cinq des 23 élus de la Ville d’Ottawa approuvaient une désignation bilingue de la capitale du Canada, selon certaines conditions.

La dernière réunion du Caucus francophone de la Ville d’Ottawa remontait à juin 2015.

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.