#Ontario

Première participation du privé dans les transports de l’Ontario

(Photo: courtoisie, Ivanhoé Cambridge)

TORONTO – L’Ontario y va d’un premier partenariat public-privé majeur dans le domaine des transports.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org @fpdufault

L’agence provinciale de transport Metrolinx s’associe à une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour ériger deux nouvelles tours à bureaux qui hébergeront, entre autres, un terminus d’autocars interurbains GO au centre-ville de Toronto.

En vertu de ce partenariat, Metrolinx doit céder à la société immobilière Ivanhoé Cambridge (IC), pour la somme de 30 millions $, le terrain sur lequel son terminus GO est présentement situé, rue Bay, à côté de la gare ferroviaire Union.

Metrolinx prévoit ensuite investir 106 millions $ dans la construction d’une des deux futures tours commerciales de 48 étages d’IC, où l’agence provinciale doit installer un terminus d’autocars 50% plus spacieux que son installation actuelle.

«Guichet unique»

«Nous avons devant nous, aujourd’hui, un exemple fort d’un partenariat qui produira des résultats très positifs», a déclaré Steven Del Duca, ministre des Transports de l’Ontario, lors d’un point de presse à Toronto, le mardi 30 septembre. «Nous ferons ainsi converger les autocars et les trains vers un endroit central, un guichet unique, ce qui nous permettra d’améliorer les options de transport et l’expérience des utilisateurs».

Metrolinx et IC ont signé un bail emphytéotique de 99 ans.

Le projet complet est évalué à 2 milliards $.

Dans son plus récent budget, le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a ouvert une porte à la vente d’actifs de la province, voire de sociétés d’État, pour renflouer ses coffres et financer de nouveaux projets d’infrastructure.

Site prisé

Le terminus GO actuel à côté de la gare Union, au cœur du quartier des affaires de Toronto, serait l’un des sites immobiliers les plus prisés au Canada, selon le promoteur québécois.

«Pour nous, (Toronto) a toujours été un marché cible», a fait valoir à la presse Daniel Fournier, président du conseil et chef de la direction d’Ivanhoé Cambridge. «Mais ça, c’est un site exceptionnel. C’est du développement durable. C’est du transport avant-gardiste. Ça va être transformationnel pour notre entreprise et pour la ville».

(Photo: courtoisie, Ivanhoé Cambridge)
(Photo: courtoisie, Ivanhoé Cambridge)

À lui seul, le chantier de la rue Bay fera presque doubler les actifs torontois de la société immobilière fondée par l’homme d’affaires – et père des premiers supermarchés d’alimentation au pays – Sam Steinberg dans les années 1950 et, plus tard, rachetée par la CDPQ, l’un des plus importants fonds de pensions privés au pays.

Demande croissante

La construction du premier des deux gratte-ciel d’IC avec, à sa base, le nouveau terminus GO, doit débuter au printemps 2015 et s’échelonner sur trois ans. La seconde tour, du côté nord des voies ferrées qui convergent vers la gare Union, doit venir compléter le portrait, plus tard. Un parc urbain suspendu au-dessus des rails doit finalement relier les deux édifices.

Le terminus GO actuel doit demeurer ouvert jusqu’à l’inauguration de la nouvelle installation.

«Ce nouvel emplacement nous donnera la capacité dont nous avons besoin pour répondre à la demande croissante pour des autocars GO», a indiqué Robert S. Prichard, président du conseil d’administration de Metrolinx.

La gare Union à Toronto est la plus grande plaque tournante de transport interrégional et intermodal au Canada. Près de 250 trajets de trains de banlieue et 580 trajets d’autocars interurbains GO y convergent chaque jour.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org