#Ontario

«Une insulte pour les gens de l’Ontario», selon Brown

Le chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Patrick Brown. Crédit image: Sébastien Pierroz

TORONTO – Le chef du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, Patrick Brown, n’a pas mâché ses mots envers le budget du gouvernement libéral. Pour lui, il est clair que les chiffres ne reflètent pas la réalité.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Patrick Brown a martelé que les libéraux de Kathleen Wynne utilisent des actifs, comme la vente d’actions d’Hydro One, lesquels ne seront pas là pour équilibrer les chiffres.

«Ce budget est un exercice confus de la part des libéraux pour réparer les dégâts qu’ils ont causés à la veille de la prochaine élection», a lancé M. Brown.

Selon lui, le gouvernement n’a rien mis dans son budget pour s’attaquer à la dette de la province, ni à la source des problèmes comme la crise des prix d’électricité et de l’immobilier.

«L’augmentation de la dette signifie qu’il y a une perte de services pour les Ontariens d’aujourd’hui et un fardeau insoutenable pour les familles de demain», a-t-il ajouté.

Le chef du Parti PC s’est aussi indigné de voir que le gouvernement allait injecter de l’argent dans le système éducatif de la province, mais que près de 300 écoles étaient en danger de fermeture.

Du côté de la chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, Andrea Horwath, les conclusions ne sont pas meilleures. Elle croit que le gouvernement de Kathleen Wynne a manqué une opportunité avec ce budget.

«Ce budget était une chance pour Kathleen Wynne de réparer les dégâts qu’elle avait causés et de montrer aux Ontariens qu’elle comprenait leurs problèmes, mais ce n’est pas ce qui s’est produit», a déploré Mme Horwath. «Ce budget ne fait pas assez pour les Ontariens et les Ontariennes.»

La chef du NPD qui proposait un plan d’assurance-médicaments pour tous les Ontariens il y a quelques jours, s’est dite peu surprise de voir que cette mesure avait trouvé son chemin dans le budget provincial. Elle croit toutefois que les libéraux ont improvisé le coût de leur proposition.

Sur le plan de la santé, Mme Horwath s’est dite déçue par le «traitement de choc» proposé par le gouvernement. Pour elle, il est clair que les libéraux de Kathleen Wynne n’en font pas assez et que les dépenses proposées ne sont pas à la hauteur des besoins.

 

«Notre plan fonctionne», affirme Sousa

Le ministre des Finances, Charles Sousa, assure que l’équilibre budgétaire est le résultat d’un travail acharné de la part du gouvernement et d’investissements stratégiques de la part de la province.

«Nous sommes arrivés à l’équilibre budgétaire sans sacrifier ce qui compte», a martelé le ministre Sousa lors de son point de presse.

Parmi les mesures phares de son budget, le plan ontarien propose de créer une assurance-médicaments pour tous les jeunes de 24 ans et moins. Le ministre des Finances a assuré que c’était le genre de mesures qui aideront les familles aux prises avec des factures trop élevées que le gouvernement voulait mettre de l’avant.

En Ontario, un résident sur dix n’a pas les moyens de payer les médicaments qui lui ont été prescrits. À savoir pourquoi la mesure n’a pas été étendue à tous les Ontariens, M. Sousa a rappelé que son gouvernement travaille actuellement pour mettre en place un programme national en collaboration avec Ottawa.

Il s’est par ailleurs félicité d’investir dans «un traitement de choc» en santé avec plus de 11,3 milliards de dollars alloués sur une période de trois ans.

Avec ce budget, la dette nette de la province atteindra 311,9 milliards de dollars, ce qui représentera 37,5 % du PIB de l’Ontario. Charles Sousa ne s’est pas formalisé de ce chiffre, indiquant que l’Ontario allait équilibrer le budget pour les deux prochaines années encore et que le ratio dette/PIB allait continuer à diminuer d’ici 2020.

«Chaque année, on nous dit que nous n’atteindrons pas nos objectifs et chaque année, nous les dépassons en investissant dans des domaines stratégiques pour notre économie et nous créons plus d’emplois», a-t-insisté.

Avec son budget, M. Sousa assure vouloir ouvrir une page sur l’avenir et un nouveau chapitre pour les résidents de l’Ontario.