#Ontario

Vers un nouveau cursus et de nouveaux bulletins scolaires en Ontario

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne. Crédit image: Maxime Delaquis

TORONTO – Le gouvernement de l’Ontario lancera une vaste consultation publique afin de revoir le curriculum scolaire ontarien et par la même occasion a promis un nouveau bulletin dès 2018-2019.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Selon le gouvernement, l’objectif du renouveau du cursus scolaire est «d’améliorer la réussite scolaire dans les compétences de base comme les mathématiques et de mettre l’accent sur les habiletés essentielles des élèves.»

«Tous les jeunes qui viennent dans les salles de classe pourront atteindre leur potentiel», a lancé la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, devant un parterre de jeunes étudiants.

«Les jeunes doivent être capables de faire la différence entre un fait et une opinion», a-t-elle assuré.

La semaine dernière, l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) annonçait une baisse du taux de réussites des élèves ontariens dans le domaine des mathématiques.

«Nous devons faire tout en notre pouvoir pour s’assurer que les élèves aient tous les outils pour réussir dans les domaines comme les mathématiques», a assuré Mme Wynne.

Selon la première ministre, il est important de bien comprendre les besoins des élèves, mais aussi des professeurs, qui ont besoin des outils pour permettre la réussite des étudiants.

 

Un bulletin plus clair

Pour ce qui est des changements au bulletin, la première ministre Wynne a laissé filtrer peu de détails sur ce que la réforme contiendra, mais a plutôt parlé d’une simplification du bulletin.

Pour la ministre de l’Éducation de l’Ontario, Mitzie Hunter, il est important que le bulletin soit représentatif des compétences développées par les élèves.

La ministre de l’Éducation de l’Ontario, Mitzie Hunter. Crédit image: Maxime Delaquis

Mme Hunter indique aussi que les parents seront en mesure de comprendre ces changements et seront invités à s’impliquer davantage dans le cursus scolaire de leurs enfants.

En tout, 49 millions de dollars sur trois ans seront investis pour mener à terme cette réforme.

 

Trop peu trop tard selon l’opposition

Le critique en matière d’éducation pour le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario (Parti PC), Lorne Coe, déplore que les actions posées par le gouvernement arrivent trop tard.

«Les mesures annoncées par le gouvernement libéral sont un effort pour fixer les problèmes qu’ils ont créés au cours des 14 dernières années», a déclaré celui qui représente la circonscription de Whitby-Oshawa. 

Le député de Whitby-Oshawa, Lorne Coe. Crédit image: Maxime Delaquis

M. Coe a rappelé que selon les dernières données, les résultats en mathématique n’ont cessé de baisser sous le gouvernement de Mme Wynne.

«La performance dans le domaine des mathématiques est cruciale pour le succès des élèves», a-t-il attesté.

 

Des besoins chez les francophones

Jean Lemay, président de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC), voit d’un bon oeil l’annonce faite par le gouvernement. Selon lui, il était grand temps que le cursus scolaire soit revu.

«Nous sommes au 21e siècle et il y a beaucoup de choses qui ont changé depuis les dernières années. Il est temps d’adresser des besoins très particuliers dans la salle de classe», a-t-il indiqué.

À ce titre, M. Lemay espère que des changements au cours de mathématique appliqué soient apporté, où le taux de réussite peine à dépasser le 50 %.

M. Lemay a également souligné que si le gouvernement veut mettre de l’avant une réforme, il doit s’assurer d’avoir les ressources pour le faire, notamment en fournissant au conseil scolaire des enseignants suppléants de qualité pour permettre aux personnels réguliers d’aller suivre les formations.

Jean-François L’Heureux, vice-président de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), espère pour sa part que le fait francophone soit respecté.

«Les conseils de langue anglaise n’ont pas le même mandat que nous, c’est-à-dire, faire la promotion du français», a-t-il rappelé.

Il se dit toutefois heureux de participer à ce processus.

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72