#Francophonie, #Ontario

Un Centre d’information juridique à Sudbury attendu

Andrée-Anne Martel, directrice générale de l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO). Archives

TORONTO – Basée sur le succès du Centre d’information juridique d’Ottawa, l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) souhaite créer un bureau satellite de ce dernier dans la région de Sudbury, a appris #ONfr. Toutefois, le projet n’est pas près de voir le jour, faute de financement.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

L’an dernier, une étude de faisabilité, réalisée par l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa, avait identifié Sudbury comme étant la ville du Nord de la province pouvant accueillir un bureau satellite du Centre d’information juridique d’Ottawa.

Le but d’un tel centre est d’offrir des services bilingues, gratuits et confidentiels aux résidents afin de mieux comprendre les informations judiciaires. Une aide sous la forme d’un entretien d’une demi-heure sur place ou par téléphone donnée par un avocat de l’AJEFO.

Andrée-Anne Martel, directrice générale de l’AJEFO, a indiqué que le Centre d’information juridique situé à Sudbury pourrait compter un ou deux avocats.

Aucune date n’est encore visée par l’AJEFO pour l’ouverture de ce point de service à Sudbury étant donné le manque de financement actuel pour le projet.

«C’est vraiment un problème de financement parce que l’engagement communautaire et juridique est là», a attesté Mme Martel.

 

Des demandes de financement refusées

Voyant que l’intérêt présent pour des services juridiques en français dans la région, l’AJEFO a fait deux demandes de financement pour aider à la création de ce centre, l’une auprès du gouvernement fédéral et l’autre au palier provincial.

«Aucune de ces demandes n’a été retenue», déplore Mme Martel.

Malgré ces refus, la directrice générale de l’AJEFO a assuré que le projet n’est pas mort.

«On va inclure le centre satellite (de Sudbury) dans notre prochaine demande quinquennale du projet Plan d’action pour les langues officielles (2018-2023)», a-t-elle révélé à #ONfr.

Le coût d’un centre satellite à Sudbury est encore difficile à évaluer étant donné que certains paramètres restent encore à déterminer, a expliqué la directrice générale de l’AJEFO. À titre comparatif, le Centre d’information juridique d’Ottawa reçoit 375 000 $ annuellement pour son fonctionnement

«On ne pourra pas le faire sans financement», s’est exclamée Mme Martel.

En octobre dernier, en collaboration avec le programme de droit de l’Université d’Ottawa, l’AJEFO a ouvert, le temps d’une journée, un centre à Sudbury dans le but de jauger la demande dans la région. Plus d’une soixantaine de personnes ont utilisé le service.

 

Une demande présente, estime l’AJEFO

Aujourd’hui, environ 40 % des rencontres se déroulent par téléphone. Sur ce nombre, 27 % sont des appels en provenance de l’extérieur de la région d’Ottawa.

«On y voit une raison de plus pour implanter un centre hors d’Ottawa. Les besoins augmentent de façon exponentielle», a déclaré la directrice générale de l’AJEFO.

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72