#Ontario

Sudbury: Wynne sera interrogée

La première ministre Kathleen Wynne. (Photo: Archives, #ONfr

SUDBURY – La controverse ne désenfle pas concernant la campagne de Sudbury. À dix jours de l’élection partielle du 5 février, la première ministre Kathleen Wynne annonce qu’elle rencontrera cette semaine les enquêteurs d’Élections Ontario chargés de faire la lumière sur des allégations de trafic d’influence visant le Parti libéral.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

«Nous souhaitons collaborer pleinement avec Élections Ontario», a indiqué Mme Wynne lors d’un point de presse, le lundi 26 janvier. «Je peux vous assurer qu’il n y a pas eu de demandes spécifiques effectuées et que ces allégations sont fausses.»

Ancien aspirant libéral pour cette élection, Andrew Olivier continue d’affirmer que des personnes d’influence au sein de la formation de Mme Wynne lui ont promis «un emploi ou une nomination» pour le convaincre de ne pas s’opposer à l’investiture de Glenn Thibeault, finalement choisi pour porter les couleurs des libéraux dans la circonscription.

Dorénavant candidat indépendant, M. Olivier avait créé la polémique, le 15 janvier, en rendant public sur YouTube l’intégral de la conservation qu’il aurait eue avec un organisateur libéral, Gerry Lougheed. Une réunion enregistrée à l’insu de ce dernier et pendant laquelle il est annoncé effectivement à M. Olivier une «récompense».

«Fausse information»

Au coude à coude avec la néo-démocrate Suzanne Shawbonquit dans les sondages, M. Thibeault s’est fendu d’un communiqué, chargeant au passage le parti orange pour une «fausse information disséminée», le 26 janvier. Une référence au député néo-démocrate Gilles Bisson qui s’était déclaré favorable la semaine dernière à ce qu’Élections Ontario mène une enquête approfondie sur ces allégations.

«Les citoyens de Sudbury méritent de savoir qu’Élections Ontario effectue un examen complet du dossier, écrit M. Thibeault. Je suis sûr que les allégations seront prouvées fausses. La première ministre a été sans équivoque dans ses propos qu’aucune offre précise n’a été faite à Andrew Olivier, ce qui est logique parce qu’une offre ne serait d’aucune utilité, la première ministre ayant déjà expliqué à Andrew Olivier qu’il ne serait pas le candidat libéral.»

Cette élection partielle constitue un premier véritable test politique pour le gouvernement de Kathleen Wynne, majoritaire à Queen’s Park depuis les élections de juin 2014.

Le néo-démocrate Joe Cimino avait démissionné brusquement fin novembre «pour des raisons familiales et de santé», quelques mois à peine après son arrivée sur les bancs de l’assemblée.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org