#Ontario

Sudbury: les libéraux recrutent un transfuge

Le député fédéral Glenn Thibeault. (Photo: Facebook)

TORONTO – Un transfuge. Un candidat écarté. Et un appel à la police. L’élection partielle dans la circonscription provinciale de Sudbury a pris une tournure des plus inattendues, le mardi 16 décembre.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Le Parti libéral de l’Ontario a confirmé la candidature d’un transfuge néo-démocrate, Glenn Thibeault, député fédéral de Sudbury depuis 2008, pour tenter de reprendre cet ancien bastion rouge qui a basculé dans le camp orange, lors des dernières élections provinciales.

La veille, le candidat libéral des dernières élections, Andrew Olivier, a annoncé qu’il renonçait à briguer une nouvelle fois l’investiture de son parti dans Sudbury après avoir subi des pressions de Queen’s Park.

Une élection partielle doit avoir lieu d’ici six mois dans la circonscription du nord de l’Ontario à la suite de la démission surprise du néo-démocrate Joe Cimino, pour des raisons familiales et de santé, à la fin novembre.

«Cette élection partielle est soudaine et inattendue, et j’ai pris la décision de passer à la politique provinciale après beaucoup de réflexion et de discussion avec mes proches», a déclaré M. Thibeault par le biais d’un communiqué, le 16 décembre. «Je crois que je peux continuer à servir ma communauté à un autre niveau en m’intégrant au sein du gouvernement libéral de l’Ontario».

Changement d’allégeance

La première ministre Kathleen Wynne a immédiatement salué le changement d’allégeance de M. Thibeault.

«Son bilan en matière de service auprès de ses électeurs ainsi que sa promotion des besoins de sa communauté sont exemplaires. J’ai besoin de l’expérience et de l’énergie de Glenn alors que nous continuons d’aller de l’avant avec notre plan en quatre volets pour faire progresser Sudbury et toute la province de l’Ontario», a fait savoir la chef libérale.

La date de l’élection partielle dans Sudbury n’a pas encore été annoncée.

Pour M. Olivier, qui aspirait à «une deuxième chance» après avoir perdu par 980 voix contre M. Cimino, le soir du 12 juin, la nouvelle a un goût amer.

«Je ne briguerai pas l’investiture libérale dans Sudbury parce qu’on m’a dit qu’on voulait quelqu’un d’autre. Ce n’est pas mon choix. C’est le leur. Je voulais travailler avec tout le monde», a écrit M. Olivier sur Facebook, le 15 décembre. «Donc, je vais passer mon tour comme (le parti) le souhaite. Mais je ne ferai pas semblant que j’en suis heureux».

Trafic d’influence?

Or, dans sa missive, Andrew Olivier allègue également que des pontes du Parti libéral aux niveaux local et provincial, Gerry Lougheed et Patricia Sorbara, lui ont fait miroiter «un emploi ou une nomination» pour le convaincre de céder le passage à Glenn Thibeault. Une offre que l’ex-candidat dit avoir refusée d’emblée.

«À ce moment-là, j’ai été informé que si je briguais l’investiture, la première ministre était prête à outrepasser le processus (…) et à nommer le candidat de son choix», a ajouté M. Olivier, un homme d’affaires devenu quadraplégique à la suite d’un accident de sport.

Pour l’opposition à Queen’s Park, il s’agit de trafic d’influence.

«Je crois que les Ontariens méritent l’honnêteté et la transparence de la part de leurs élus et non qu’ils influencent indûment le processus démocratique», a écrit le progressiste-conservateur Steve Clark au commissaire Vince Hawkes, de la Police provinciale de l’Ontario. «Les gestes allégués me déçoivent vraiment».

M. Clark demande à la police provinciale d’enquêter sur ce qu’il interprète comme une violation possible du Code criminel.

La peine maximale pour trafic d’influence est de deux ans de prison.

Le néo-démocrate Gilles Bisson, lui, a fait part de ses «préoccupations profondes» au Directeur général des élections. «Les Ontariens ont le droit de savoir si ces allégations sont fondées et, si c’est le cas, qui a ordonné à M. Lougheed et à Mme Sorbara d’offrir un emploi ou une nomination (à M. Olivier) en échange de son retrait de la course à l’investiture libérale», a exhorté l’élu de Timmins–Baie-James.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org