#Ontario

Sousa: le cap toujours sur le déficit zéro

Charles Sousa, ministre des Finances de l'Ontario. (Photo: François Pierre Dufault, archives)

TORONTO – Le ministre Charles Sousa dit garder le cap toujours sur l’atteinte du déficit zéro afin la fin de 2018. Un objectif que le grand argentier de l’Ontario dit réaliste plus que jamais à la lumière des plus récents états financiers de la province.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Le manque à gagner de l’Ontario se serait résorbé plus vite que prévu au cours des derniers mois, selon M. Sousa. Le déficit projeté pour l’exercice 2014-2015 serait de 10,9 milliards $, soit 1,6 milliard $ plus bas que l’objectif original de 12,5 milliards $.

«L’Ontario continuera à investir dans les secteurs prioritaires qui ont le plus d’importance pour la population, dont l’infrastructure, tout en continuant à afficher les dépenses de programmes par habitant les plus faibles, parmi les provinces, afin de stimuler la croissance et, par ricochet, la création d’emplois», a déclaré M. Sousa lors d’un discours devant le Toronto Region Board of Trade, le mardi 31 mars.

Le déficit de l’Ontario a tout de même rebondi depuis l’an dernier, alors qu’il se situait autour des 10,5 milliards $.

Privatisation

Charles Sousa doit déposer son prochain budget d’ici quelques semaines. Il dit attendre le rapport final d’un comité d’experts sur l’avenir de certains biens publics, avec à sa tête l’économiste Ed Clark, pour mettre la dernière touche à son document.

Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne lorgne la vente partielle de la société publique de distribution et de transmission d’électricité Hydro One, entre autres, afin de financer de grands projets d’infrastructure évalués à 130 milliards $ sur dix ans, tout en finissant d’éponger le déficit le plus élevé de toutes les provinces canadiennes.

«Ventes de feu»

L’opposition à Queen’s Park s’est montrée, pour sa part, dubitative.

«Il n’y a aucune bonne nouvelle dans la manière horrible dont ce gouvernement gère nos finances publiques», a pesté le chef progressiste-conservateur par intérim Jim Wilson, le 31 mars. «Les libéraux doivent vraiment apprendre à contrôler leurs dépenses. Ils ne devraient pas avoir recours à des ventes de feu (de biens publics) pour équilibrer leur budget.»

«Plus décevant encore, M. Sousa a fait connaître ses projections quant au déficit sans aucun détail ni explication qui puisse justifier comment les libéraux en sont arrivés à ces chiffres», a réagi dans un communiqué la députée Christine Elliott, candidate à la chefferie du Parti progressiste-conservateur.

Du côté des néo-démocrates, on réclame sans tarder le dépôt du rapport d’Ed Clark sur la privatisation possible d’Hydro One.

«Je refuse de croire que le gouvernement n’a pas encore vu ne serait-ce qu’un extrait du rapport Clark. La première ministre doit montrer patte blanche. Elle doit rendre public ce rapport plus tôt que tard», a exhorté la chef néo-démocrate Andrea Horwath, à #ONfr. «Sinon, nous n’aurons pas le temps de lire ce rapport et de saisir l’impact de ses recommandations avant le dépôt du budget. Et nous savons que les libéraux vont utiliser ce rapport pour justifier quelques-unes de leurs décisions budgétaires.»

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org