#Francophonie, #Ontario

Santé: d’autres avancées attendues pour les francophones

Le ministre de la Santé de l'Ontario, Dr. Eric Hoskins.
Le ministre de la Santé de l'Ontario, Dr. Eric Hoskins.Crédit image: Maxime Delaquis

TORONTO – La nomination de Tim Hadwen au poste de sous-ministre adjoint au sein du ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MSSLD) est vue comme un pas en avant pour les 611 500 Franco-Ontariens de la province. Cependant, plusieurs demandes de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) en matière d’accès aux services de santé restent encore sans réponse.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Dans son Livre blanc sur les assises de la santé en français en Ontario, publié en 2014, l’AFO avait demandé «d’accroître la participation des intervenants francophones à la prise de décision» au sein du MSSLD. Un souhait validé avec la nomination de M. Hadwen.

Parmi les cinq grands axes de revendication mis de l’avant par l’AFO à l’époque, la plupart sont restés lettre morte, déplore Carol Jolin, président de l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens.

Dans ses recommandations, l’AFO souhaitait entre autres que les données sur l’identité linguistique des Ontariens soient incluses par l’entremise de la carte santé et que les décisions soient désormais prises en fonction de la «lentille francophone».

Carol Jolin
(Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin. Archives #ONfr)

À l’automne, dans le cadre de l’étude de la loi 41 sur la refonte des soins de santé en Ontario, l’AFO avait tenté de faire inclure plusieurs des recommandations de ce Livre blanc, mais sans succès.

«Le gouvernement a manqué une belle occasion de donner la priorité aux patients francophones, mais nous allons continuer de travailler en ce sens avec les précisions futures», a affirmé M. Jolin, en entrevue à #ONfr.

Après le vote d’un projet de loi, des règlements doivent souvent être émis par les ministères dans le but de clarifier des lacunes qui n’avaient pas été prévues à l’origine, a rappelé le président de l’AFO.

«Ça aurait été intéressant d’avoir ces éléments dans la loi, mais là, il faut travailler sur les règlements», a-t-il insisté.

Par courriel, le ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, Eric Hoskins, a réaffirmé la volonté du gouvernement d’améliorer l’accès à des services de santé pour les francophones. Pour lui, les changements dans le système apporté avec la loi 41 permettront d’améliorer la voix des francophones et il entend travailler avec les partenaires, comme le Commissariat aux services en français de l’Ontario, à ce sujet.

La nomination de Tim Hadwen est d’ailleurs un pas dans la bonne direction pour assurer de meilleurs services en français dans le système de santé ontarien, a indiqué le ministre Hoskins.

 

La perspective linguistique dans la carte santé

La demande sur la composante linguistique de la carte santé est en tout cas appuyée par Gilles Marchildon de Reflet Salvéo.

Selon le directeur général de l’entité francophone qui conseille les RLISS dans la région de Toronto, cette mesure pourrait être un bon moyen de mieux connaître la clientèle des services de santé.

«L’intégration de la composante de la langue dans la carte santé faciliterait le travail de planification (des services)», a-t-il raconté.

M. Marchildon salue la nomination de Tim Hadwen et espère que la composante linguistique à la carte santé sera l’un des prochains acquis pour les francophones.

Le directeur général de Reflet Salvéo note d’ailleurs que le gouvernement planche actuellement sur une refonte de la carte santé et qu’il s’agit d’une bonne occasion pour y intégrer cette composante

 

L’efficacité des Livres blancs prouvée, croit Carol Jolin

Carol Jolin reste toutefois catégorique, la nomination d’un sous-ministre francophone est une «bonne nouvelle».

«C’était une demande de l’AFO suite à la parution du Livre blanc sur la santé en 2014. Évidemment, nous sommes très heureux et ça vient appuyer le travail que l’on fait lorsqu’on sort un Livre blanc», a-t-il expliqué.

«C’est encourageant de voir que l’on est capable de faire avancer les choses avec le travail que l’on fait», s’est-il exclamé.

Depuis la publication de ce Livre blanc de l’AFO en 2014, deux autres documents ont été publiés par l’organisme porte-parole pour les 611 500 Franco-Ontariens de la province.

 

Une petite victoire, commente France Gélinas

La nomination de Tim Hadwen comme sous-ministre adjoint est vue comme une petite victoire par France Gélinas, députée du NPD de l’Ontario.

«Je n’ai pas de problème à célébrer les petites victoires et pour moi, cela en est une», a-t-elle commenté.

Le seul bémol émis par la critique du NPD en matière de francophonie est que cette nomination a été faite dans le plus grand secret.

France Gélinas
(La députée néo-démocrate France Gélinas. Crédit image: Jean-François Morissette)

«Je suis de près les dossiers de la santé et les dossiers liés à la francophonie et je n’étais pas au courant. C’est toujours un peu bizarre», a-t-elle commenté.

France Gélinas estime tout de même que la venue de Tim Hadwen lui permettra de faire entendre des dossiers à plus haute échelle au sein du MSSLD. La députée de Nickel Belt compte bien aller «tester» les services du nouveau sous-ministre pour s’assurer de son efficacité.

 

Cinq demandes de l’AFO

  • Pallier l’insuffisance de données pour assurer une prise de décision efficace,
  • Accroître la participation des intervenants francophones à la prise de décision et renforcer l’imputabilité à l’échelle du système dans son ensemble,
  • Gérer la transformation du système de santé et ses implications pour consolider et bâtir sur les acquis,
  • Renforcer la capacité à saisir les opportunités créées par la transformation du système de santé,
  • Assurer l’adéquation des ressources humaines.
Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72