#Francophonie, #Ontario

Rentrée: les nouvelles écoles francophones dans la province

La majorité des élèves du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario ont regagné les bancs de l’école, mardi 5 septembre. Tour d’horizon des nouveaux édifices francophones pour l’année scolaire 2017-2018, et ceux toujours en attente.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Sans surprise, la région du Centre-Sud-Ouest marquée par une forte croissance d’éleves francophones bénéficie du plus grand nombre de nouvelles structures. Sur les 54 écoles nouvelles ou rénovées qui ouvrent leurs portes selon les estimations de la province, six concernent directement les francophones, donc cinq cette région de l’Ontario. Un investissement provincial d’un total de 420 millions de dollars pour la cinquantaine de bâtisses.

Le conseil scolaire Viamonde dont le nombre d’élèves a considérablement augmenté en dix ans (6 029 pour les chiffres de 2004-2005 contre 10 628, dix ans plus tard) tire son épingle du jeu.

Promise depuis longtemps, la nouvelle école secondaire Gaétan-Gervais, à Oakville, ouvre ses portes cette rentrée. Depuis plusieurs années, les élèves partageaient leurs ressources avec l’École élémentaire Du Chêne. À Mississauga, les élèves de l’École élémentaire Le Flambeau ont aussi pris place dans leurs nouveaux locaux. À noter qu’à Toronto, les locaux de l’École élémentaire Micheline-Saint-Cyr ont connu une réfection.

Autre insitution éducative bien fournie pour cette rentrée: le conseil catholique Mon Avenir (connu jusqu’en mai sous le nom de Conseil scolaire catholique du district Centre-Sud).

L’École secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche a ouvert ses portes pour la première fois afin d’accueillir des élèves francophones de Scarborough. Le temps pour la ministre de l’Éducation, Mitizie Hunter, présente lors de l’inauguration, de parler «d’une étape importante dans l’évolution de l’éducation en langue française à Scarborough».

L’École secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche a ouvert ses portes, mardi. (Gracieuseté: conseil Mon Avenir)

Autre nouvelle école pour Mon Avenir: l’ouverture de l’école catholique Monseigneur-Jamot à Peterborough.

 

Quelque 1 000 élèves de plus pour le CECCE

Dans l’Est de la province, le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) ouvre à Ottawa l’École élémentaire publique de langue française à Ottawa Centre- Nord. Son homologue, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), compte maintenant dans ses infrastructures la Nouvelle école élémentaire catholique au cœur d’Ottawa, dans le secteur du centre-ville. Le nouvel établissement veut d’ailleurs se baser sur le modèle éducatif finlandais.

L’inauguration de la Nouvelle école élémentaire catholique au cœur d’Ottawa, mardi 29 août (Gracieuseté: CECCE)

Fort de 23 500 élèves pour cette rentrée, soit 1 000 de plus qu’en 2016, le CECCE reste le plus «populeux» des 12 conseils scolaires francophones.

Dans le Nord, l’École catholique St-Michel de New Liskeard a subi un agrandissement. Il faudra encore patienter quelque peu pour voir  la construction d’une nouvelle école de 500 élèves issus de trois établissements dans le secteur de Hanmer-Val Thérèse.

 

Des attentes à certains endroits

Malgré ces nouvelles constructions, tout n’est encore pas rose pour les francophones. Dans l’Est de Toronto, les francophones réclament depuis des années la mise sur pied d’une école secondaire de langue française. À tel point que des parents francophones ont récemment intenté des poursuites judiciaires contre le gouvernement ontarien à cet effet.

À Kingston, la communauté francophone n’a pas encore obtenu satisfaction pour la construction de nouveaux édifices. En entrevue récente avec #ONfr, Mme Hunter a fait savoir que le CECCE et le CEPEO, auteurs d’une proposition de structure commune, doivent encore «travailler ensemble».

 

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.