#Ontario

Queen’s Park tente de tourner la page sur MaRS

Le complexe de recherche médicale MaRS, à Toronto. (Photo: François Pierre Dufault. archives)

TORONTO – Le gouvernement libéral de l’Ontario a tenté rapidement de tourner la page sur l’affaire MaRS au lendemain du dépôt d’un rapport accablant de la Vérificatrice générale de la province, le mercredi 10 décembre.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

La troupe de Kathleen Wynne a annoncé l’octroi d’un prêt supplémentaire de 86 millions $ au complexe de recherche médiale MaRS, à Toronto.

Cette somme doit aider MaRS à trouver «rapidement» des locataires pour une partie de ses installations qui demeure vacante à près de 70% depuis son ouverture. L’arrivée de nouveaux locataires doit permettre à l’organisme sans but lucratif de commencer à rembourser sa dette à la province.

Le nouveau prêt de 86 millions $ porte l’investissement de Queen’s Park dans MaRS à près de 400 millions $ depuis quatre ans.

La province, rappelons-le, avait d’abord prêté 224 millions $ à MaRS pour greffer une tour à bureaux à son complexe de recherche médicale au centre-ville de Toronto. Plus tôt cette année, elle a allongé un prêt supplémentaire de 65 millions $ pour renflouer l’organisme, alors incapable de louer plus du tiers de la superficie de sa nouvelle tour à bureaux.

«Meilleure avenue»

«C’est la meilleure avenue à emprunter. Nous nous assurons ainsi que les prêts du gouvernement (à MaRS) seront remboursés au complet, avec les intérêts. Et nous continuons à soutenir l’innovation», a déclaré Brad Duguid, ministre du Développement économique, lors d’un point de presse, le 10 décembre.

Du côté de MaRS, on affirme que les locataires potentiels se bousculent finalement au portillon.

«MaRS pourra continuer à avoir des retombées positives sur l’Ontario, tout en remboursant son prêt à la province», a fait savoir Gord Nixon, président du conseil d’administration du complexe de recherche, ajoutant que l’espace vacant au 101, rue College à Toronto devrait être «entièrement loué d’ici peu».

L’Université de Toronto, dont le campus principal est situé à un jet de pierre de MaRS, a fait connaître son intention de louer quatre étages dans la phase deux du complexe de recherche.

«MaRS est un élément crucial de l’infrastructure de l’innovation de l’Ontario», a souligné Meric S. Gertler, président de l’UdeT, le 10 décembre.

Dans son rapport annuel, la veille, la Vérificatrice générale de l’Ontario a conclu que le gouvernement provincial a fait un pari «risqué» lorsqu’il a accordé, il y a quatre ans, un premier prêt de 224 millions $ à MaRS. Bonnie Lysyk a dénoncé, entre autres, un «manque de transparence» de la part du clan libéral.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org