#Canada, #Francophonie, #Ontario

Programme Entrée express: «Notre famille est désillusionnée»

Laurent Ouairy et sa famille vivent au Canada depuis trois ans, mais ne répondent pas aux critères pour obtenir leur résidence permanente Crédit photos: Gracieuseté

[TÉMOIGNAGE]

TORONTO – Un père de famille d’origine française dénonce les critères de sélection du programme Entrée express, qui doit en théorie faciliter l’obtention par les immigrants de la résidence permanente. Il demeure de trop nombreuses barrières inutiles pour les immigrants francophones, affirme-t-il, de pair avec son employeur exaspéré par la lourdeur bureaucratique du processus. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Laurent Ouairy affirme que sa famille a tout du profil que le Canada semble rechercher chez les immigrants francophones: «Je travaille comme éducateur à la petite enfance. C’est un domaine où il y a une pénurie d’employés francophones qualifiés. Ma femme est enseignante auprès des enfants avec des troubles dans un conseil scolaire francophone. Nos trois enfants, eux, vont dans les écoles de langue française.»

M.Ouairy a décroché il y a trois ans un poste au sein du réseau de garderies francophones Le petit chaperon rouge, à Toronto. Aidé par son employeur, il a effectué des démarches pour être repêché dans le cadre du programme d’immigration Entrée express (volet expérience canadienne), qui doit simplifier la livraison du statut de résident permanent.

Mais avec Entrée express, tout fonctionne avec un système complexe de points. «Les points sont accordés en fonction de l’âge, de nos diplômes et de nombreux autres facteurs. Même si je suis un travailleur qualifié et avec le profil de notre famille, nous n’arrivons pas à avoir assez de points», dit-il. «Nous aimons le Canada, on se sent bien ici. Et on veut rester! Mais là, on ne sait pas de quoi notre avenir est fait… Notre famille est désillusionnée», s’attriste-t-il.

Laurent Ouairy cumule environ 350 points. Cependant, il en faut beaucoup plus pour potentiellement recevoir une offre du gouvernement fédéral pour obtenir sa résidence permanente. Notre tableau illustre le nombre de points minimums requis pour recevoir une telle invitation lors de quelques-unes des dernières «piges». Il manque au moins une centaine de points à la famille Ouairy pour espérer obtenir sa résidence permanente.

Laurent Ouairy sait que son dossier a quelques faiblesses. Il n’a pas un niveau d’anglais très élevé et malgré ses années d’études post-secondaire, il n’a pas fait de très hautes études, dit-il. Son âge, il a 37 ans, peut aussi lui nuire, alors que le Canada mise sur une immigration jeune. Mais un pays qui espère attirer davantage d’immigrants francophones peut-il se permettre de bouder ainsi le profil d’une famille francophone prête à s’impliquer dans la communauté? Il se pose la question.

Il prend aussi la parole publiquement pour interpeller les dirigeants politiques et appelle à une plus grande flexibilité des acteurs gouvernementaux.

«Les gouvernements nous disent qu’ils veulent atteindre leur cible de 5 % d’immigrants francophones, mais il n’y a pas de réel coup de pouce qui est donné pour les francophones. Il faut alléger les critères ou encore donner plus de points aux métiers où on a de la difficulté à recruter des francophones. Si on veut garder des employés compétents, il faut que le Canada fasse un effort!» – Laurent Ouairy

M. Ouairy s’étonne de la lourdeur du processus bureaucratique pour son employeur, qui doit envoyer plusieurs documents exigés par le gouvernement. «C’est la troisième fois que les papiers que mon employeur prépare sont envoyés à l’immigration et à chaque fois c’est refusé», fait-il valoir.

Sa patronne, Janine Côté, confirme. «Je dois remplir un document qui confirme que Laurent ne prend pas la place de travailleurs canadiens (L’Étude d’impact sur le marché du travail -EIMT) . Mais ça fait trois fois que je l’envoie et on dirait qu’il manque toujours de l’information. Et le dossier ne semble pas être conservé par le gouvernement, alors on doit recommencer continuellement. C’est un processus qui est très très frustrant», confie-t-elle.

La directrice de ce réseau de garderies torontoises fait face à une pénurie de personnels. Elle s’était tournée vers l’Europe, mais constate maintenant l’ampleur des difficultés pour garder ses employés français qualifiés. C’est sans compter les problèmes qu’elle a rencontrés pour faire venir des éducateurs à la petite enfance belges qui peinent à obtenir leur équivalence de diplômes.

Les critiques de nos deux intervenants rejoignent celles émises sur plusieurs forums internet par des immigrants francophones qui tentent de s’installer au Canada.

 

Les immigrants hautement qualifiés dans la mire du Canada

Un porte-parole d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, Kevin Ramkissoon, a répondu aux questions d’#ONfr à la suite des critiques formulées à l’endroit du programme Entrée express. Il est clair dans ses propos que le Canada est à la recherche de travailleurs qui ont des diplômes de haut niveau et les poches profondes.

«Des immigrants hautement qualifiés, comme ceux qui entrent au pays grâce au système Entrée express, renforcent la capacité du Canada d’être plus concurrentiel sur le marché du travail mondial et participent rapidement à l’économie et à la société canadiennes. Ils contribuent à la création d’emploi, stimulent l’innovation et créent des occasions qui profitent à la classe moyenne canadienne», explique-t-il.

Les changements apportés à Entrée express cet automne visent aussi à «accueillir davantage de candidats hautement qualifiés», indique M. Ramkissoon. Il souligne cependant que des travaux sont en cours pour apporter d’autres améliorations au programme et que plusieurs façons existent pour demander la résidence permanente.

Des centaines d’invitations sont envoyées sur une base régulière à des citoyens afin qu’ils puissent compléter le processus nécessaire pour obtenir leur résidence permanente, est-il aussi possible de constater sur le site du gouvernement canadien.

 

Alain Dobi, directeur du Réseau de soutien à l’immigration francophone du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario, apporte un éclairage complémentaire sur la question. «Il y a eu des changements à la fin de 2016, c’est vrai. Il y a notamment plus de points accordés pour des gens qui ont étudié au Canada. Je crois qu’en général les changements apportés sont plutôt positifs», dit-il. «Mais comme dans n’importe quel processus, il peut y avoir de bons candidats à l’immigration qui tombent dans les craques. Il y a encore des difficultés et on fait des suggestions régulièrement pour trouver des solutions. Mais je ne suis pas prêt à tirer à boulets rouges sur Entrée express».

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.