#Francophonie, #Ontario

Portrait incomplet du français à Toronto

Le prix des maisons a augmenté de 33 % en l'espace d'un an, selon un rapport. Crédit image: Archives #ONfr

TORONTO – Combien y a-t-il de francophones dans la métropole du pays? Les statistiques utilisées par la Ville de Toronto sont peu nombreuses et offrent un portrait incomplet de la réalité, admettent plusieurs intervenants. Ce sont pourtant ces données qui permettent de déterminer si un service sera offert ou non en français.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Il n’y a que très peu de citoyens qui disent parler français à la maison. Ce n’est même pas dans le top 15. Il n’y en a que quelques milliers, ce n’est pas beaucoup», fait savoir Harvey Low, directeur du département de recherches et d’analyses sociales de Toronto. C’est lui qui fournit aux élus les données qui leur permettent de décider quels services seront offerts, dans quels quartiers et dans quelles langues.

«Nous collectons l’ensemble des données qui touchent la population de Toronto. Toutes les caractéristiques qui la concernent nous intéressent, qu’il s’agisse de son nombre, de son âge, le lieu où elle habite, son pays d’origine, son niveau économique…ou sa langue!», a-t-il expliqué lors d’un entretien avec #ONfr.

La population francophone est plus ou moins grande, selon le critère d’analyse utilisé, souligne-t-il. «Si on regarde la langue maternelle, on peut dire qu’il y a 32000 personnes qui parlent le français», dit-il. Par contre, une analyse basée sur l’utilisation du français à la maison permet de conclure qu’il y en a deux fois moins.

Les chiffres présentés par la Ville sont bien différents de ceux partagés par plusieurs organismes francophones. «Dans le Grand Toronto, on parle souvent de 125000, alors que dans la Ville même, ça tourne autour de 75000», affirme Gilles Marchildon, membre du Comité consultatif francophone de Toronto.

Lors de leur dernière réunion, les membres du comité se sont fait présenter par Harvey Low plusieurs données issues de ses travaux. Gilles Marchildon croit que la Ville de Toronto devrait adopter une définition inclusive du fait français.

«C’est peut-être ce qui peut expliquer un écart. L’argument à faire est de présenter les chiffres provinciaux qui tiennent compte de la définition inclusive. Et ensuite, de s’assurer que la Ville se base là-dessus pour développer ses services», dit-il.

Depuis 2009, le gouvernement considère que les personnes pour lesquelles la langue maternelle est le français, de même que les personnes pour lesquelles la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais, mais qui ont une bonne connaissance du français comme langue officielle et qui utilisent le français à la maison sont des francophones.

Gilles Marchildon insiste sur l’importance pour la Ville d’avoir des données complètes en matière de francophonie torontoise. «La Ville reçoit le mandat de la province d’offrir des services sociaux, communautaires, juridiques et dans certaines sphères de la santé. Si la province dit qu’il y a un nombre déterminé de francophone, la Ville doit emboîter le pas et offrir les services en français pour cette population», tranche-t-il.

 

L’importance du recensement

Harvey Low souligne que si un citoyen de langue française parle anglais à la maison, la ville peut conclure qu’il n’a pas besoin de services en français.

«Dans mon cas, ma langue maternelle est le chinois. Mais je parle anglais à la maison. Je n’aurais alors pas besoin de services municipaux dans une autre langue que l’anglais. La même problématique se pose pour les francophones», dit-il.

Mais l’expert en statistiques admet que les données sur la population francophone sont grandement incomplètes. «Il n’y a pas assez de statistiques sur les francophones actuellement», révèle-t-il. Le retrait par les conservateurs fédéraux du questionnaire long du recensement est en partie responsable de cette situation. «Nous devons quand même nous fier sur les données du recensement de 2011», dit-il.

Il rapporte que plusieurs immigrants n’ont pas le français comme langue maternelle, mais préfèrent néanmoins recevoir des services en français. Ces nouveaux Canadiens se sentent tout simplement plus à l’aise avec la langue française que l’anglais. Mais les données actuelles ne permettent pas de cerner ce type de nuances, souligne-t-il.

Le recensement présentement en cours au Canada prend tout son sens dans ce contexte, insiste-t-il. Il affirme que les citoyens doivent partager le plus d’informations possible. «Ils sont invités à déterminer eux-mêmes leur niveau de langue. Mais on constate que certains peuvent juger plus sévèrement leur niveau de français et préférer dire qu’ils parlent anglais», note-t-il.

La Ville de Toronto a développé différentes cartes pour tenter de savoir où vivent précisément les citoyens qui pourraient avoir besoin d’assistance dans une langue particulière. Par exemple, si certains francophones ont des revenus très faibles dans un secteur précis d’un quartier, la ville pourrait être tentée de mettre en place une stratégie pour les aider.

Mais là encore, M. Low fait face à un obstacle. Les chiffres par quartier pour les francophones sont si petits que les données ne peuvent pas être consultées pour ne pas nuire à la vie privée des quelques citoyens concernés, rapporte-t-il.

 

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.