#Francophonie, #Ontario

Ottawa-Vanier ou l’imbroglio électoral pour les libéraux

Madeleine Meilleur, Mauril Bélanger et Bernard Grandmaître, trois des anciens députés d'Ottawa-Vanier. Archives, #ONfr

[ANALYSE]

OTTAWA – Personne n’aurait imaginé un tel scénario il y a quelques mois. La démission de Madeleine Meilleur et le décès soudain de Mauril Bélanger ont privé la circonscription d’Ottawa-Vanier de ses deux députés. Fait rare: deux élections partielles s’apprêtent à être déclenchées dans le même comté.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Les regards se tournent naturellement vers les libéraux qui occupent le siège de cette circonscription à la Chambre des communes depuis sa création en 1935. Du côté provincial, il faut remonter à 1967 pour voir les progressistes-conservateurs l’emporter… de douze voix.

On aurait presque tendance à sabrer le champagne d’avance, mais ironie du sort, ces deux scrutins concomitants ne sont pas une bonne nouvelle pour le Parti libéral de l’Ontario (PLO).

Âprement critiquées pour la vente controversée d’Hydro One, et défaits jeudi dernier lors de l’élection partielle de Scarborough-Rouge River – jusqu’alors acquise au parti depuis 1999 –, les troupes de Kathleen Wynne traversent une période difficile. Dans Ottawa-Vanier, elles risquent de laisser filer les bons candidats potentiels pour «le fédéral».

Alors qu’une pléiade de noms circulent comme éventuels candidats à la succession de M. Bélanger (Catherine Bélanger, Mona Fortier, Francis Leblanc ou encore Catherine Fortin Lefaivre), l’intérêt reste beaucoup plus limité pour le siège provincial. Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, désigné par Madeleine Meilleur, a finalement déclaré «être en réflexion» pour la Chambre des communes.

L’équation est bien souvent simple pour ces candidats. D’une part, la proximité du parlement fédéral reste un gage de stabilité quant à la vie personnelle. Mais surtout, la perspective de siéger avec un gouvernement qu’on annonce parti pour durer motive à franchir le pas. Ce n’est pas le cas de l’équipe de Kathleen Wynne qui jouera gros lors des élections provinciales en 2018.

La chef du PLO n’a toujours pas donné une date pour cette élection partielle. Fine tacticienne, Mme Wynne attend peut-être l’émergence d’un candidat prestigieux capable de succéder à Mme Meilleur. Ou bien autre hypothèse: convaincre l’un des intéressés au fédéral de viser Queen’s Park. C’est possible, surtout dans le cas où Catherine Bélanger viendrait à annoncer sa candidature. La veuve du député fédéral pourrait devenir très vite la favorite de l’élection, et ainsi décourager certaines aspirations.

Du côté des progressistes-conservateurs, aucune date n’a pour l’instant été fixée pour une investiture. Les troupes de Patrick Brown savent qu’il n’y a pas beaucoup à gagner dans ce comté, et préfèrent d’ores et déjà mettre leur énergie du côté d’Orléans, Glengarry-Prescott-Russell ou encore Ottawa-Sud, capables de virer «au bleu» en 2018. Les tergiversations des libéraux profitent en tout cas au Nouveau Parti démocratique de l’Ontario. Claude Bisson, le candidat du parti orange, a déjà commencé à cogner aux portes depuis plusieurs semaines dans Ottawa-Vanier.

Du côté du NPD fédéral, la candidate lors du scrutin de 2015, Émilie Taman, a déjà entamé sa réflexion. «C’est sûr que je suis intéressée, mais je n’ai pas encore pris ma décision», a-t-elle confié à #ONfr.

Selon la Loi électorale du Canada, le déclenchement d’une élection partielle doit se faire dans un délai d’au moins 11 jours après qu’un siège soit déclaré vacant et d’au plus de 180 jours. L’élection partielle fédérale dans la circonscription d’Ottawa–Vanier pourrait avoir lieu au plus tôt le 10 octobre 2016.

 

Analyse écrite avec la collaboration de Benjamin Vachet

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.