#Francophonie, #Ontario

Ottawa-Vanier: Nathalie DesRosiers portera les couleurs libérales

Madeleine Meilleur et Nathalie DesRosiers, la nouvelle députée dans Ottawa-Vanier. Crédit imageSébastien Pierroz

OTTAWA – Les libéraux provinciaux connaissent maintenant le nom de leur candidate dans Ottawa-Vanier. C’est Nathalie DesRosiers qui portera les couleurs du parti pour l’élection partielle dont la date n’est pas encore déterminée.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Réunis ce samedi 15 octobre à l’école secondaire publique De La salle, les membres du parti ont donc choisi la doyenne de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa aux dépens de Lucille Collard et de Persévérance Mayer, les deux autres candidates.

«Je suis prête à affronter l’élection partielle», a réagi Mme DesRosiers, peu après sa victoire devant les médias. «J’ai travaillé beaucoup de ma vie contre les conservateurs, ils ne me font pas peur.»

Le temps aussi pour la nouvelle candidate libérale de lancer ses premières flèches à destination d’André Marin, le candidat investi par les progressistes-conservateurs. «Il amène la question des tarifs d’électricité mais ne donne aucune solution (…) C’est bien de crier, mais nous avons besoin de réelles solutions.»

Lors de la campagne, Mme DesRosiers avait reçu le soutien précieux de l’avocat Ronald Caza, ou encore de l’ancien recteur de l’Université d’Ottawa, Allan Rock. Il se murmure aussi que la doyenne de la Faculté de droit était la candidate choisie par la direction de Parti libéral de l’Ontario (PLO) derrière les portes closes.

A 56 ans, cette universitaire a aussi reçu l’Ordre du Canada, et la médaille du Barreau du Haut-Canada.

Mme DesRosiers partira favorite de cette élection dans ce comté détenu par les libéraux depuis 1971.

Les deux autres partis ont pourtant sorti les armes lourdes. Les progressistes-conservateurs ont créé la surprise en investissant l’ancien ombudsman de l’Ontario, André Marin. Le Nouveau Parti démocrate (NPD) a lui choisi Claude Bisson, le frère du député provincial de Timmins-Baie James.

Le poste de député provincial de la circonscription d’Ottawa-Vanier est laissé vacant depuis le 30 juin, après que l’élue et ancienne ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, eut donné sa démission.

 

Parfum de controverse

Reste que cette investiture a été marquée d’un parfum de controverse. Au moment de se présenter pour voter en fin de matinée, quelque 105 partisans de Lucille Collard se sont vus refuser leur carte de membre sous prétexte d’un vice de procédure. Explication: le bureau central du PLO n’aurait pas validé leur membriété à temps.

Une situation embarrassante, d’autant que selon ce qu’a appris #ONfr, les deux candidates principales ont eu besoin d’un second tour pour être départagées (le comptage n’a pas été public).

Collard3

«Il faudra voir et analyser si cela a été déterminant dans le fait que je ne sois pas élue», a fait part Mme Collard. «Ce qui entache le processus, c’est que ces citoyens-là ont été privés de leur droit démocratique de voter.»

Interrogée à son tour sur la polémique, Mme DesRosiers a voulu dédramatiser: «Pour nous trois, il y avait des gens enthousiastes, c’était les mêmes règles pour les trois candidats. Nous sommes toutes les trois ensemble maintenant pour gagner l’élection partielle.»

Les regards se tournent dorénavant vers Queen’s Park où Kathleen Wynne a techniquement jusqu’au mois de décembre pour déclencher cette élection partielle.

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.