#Canada, #Francophonie, #Ontario

Nomination de Madeleine Meilleur: la FCFA hausse le ton

La présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier. (Archives #ONfr)
La présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier. Archives #ONfr

OTTAWA – La polémique ne désenfle pas après la nomination de Madeleine Meilleur à titre de commissaire aux langues officielles du Canada. C’est maintenant au tour de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) de manifester ses inquiétudes.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«La FCFA appelle le gouvernement et l’ensemble des parlementaires à préserver l’intégrité de ce poste critique pour les communautés francophones en situation minoritaire et l’ensemble des Canadiens et des Canadiennes», écrit la présidente de l’organisme Sylviane Lanthier, dans un communiqué diffusé samedi 20 mai.

« Le ou la commissaire aux langues officielles est un chien de garde et enquête sur des plaintes, mais il ou elle contribue aussi à la recherche de solutions proactives et à la promotion du bilinguisme et des droits linguistiques auprès des citoyens. L’intégrité du commissariat et de tous ces processus d’enquêtes sont un facteur clé dans la réussite de ses fonctions», ajoute le communiqué.

L’organisme porte-parole des francophones en milieu minoritaire demande au premier ministre, Justin Trudeau, de rendre public le processus de nomination. Une manière de vérifier si ce dernier «a été mené en toute impartialité et en plein respect des dispositions de la Loi sur les langues officielles».

C’est donc un changement de ton important de la FCFA. Le 15 mai, jour de la confirmation de Mme Meilleur au poste de commissaire aux officielles, l’organisme se montrait plus réservé.

«Nous sommes conscients que des questionnements existent en lien à la carrière politique de Mme Meilleur. Nous comptons sur la suite du processus de nomination pour clarifier à la satisfaction de tous et de toutes les étapes suivies par le gouvernement pour en arriver à son choix», faisait alors savoir Mme Lanthier.

Mais les interrogations se sont multipliées au cours de la semaine. Jeudi, le passage de Mme Meilleur devant le comité permanent des langues officielles n’avait pas été de tout repos. Beaucoup d’élus de l’opposition, dont le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair, avaient mis en doute la transparence du processus de nomination.

 

Éditorial de L’Acadie Nouvelle

François Gravel de L’Acadie Nouvelle, le principal journal francophone au Nouveau-Brunswick, a aussi pris position ce vendredi. Dans un éditorial intitulé Meilleur trop près des libéraux, M. Gravel explique sa position: «Nous invitions le premier ministre à retirer la candidature de Madeleine Meilleur. Le commissariat aux langues officielles est une institution importante. Nous ne pouvons laisser les politiciens miner sa crédibilité en nommant de cette façon des amis de la famille politique, aussi compétents soient-ils.»

Les membres du Parti libéral du Canada (PLC), dont la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, clament toujours que Mme Meilleur était la «meilleure candidate pour occuper le poste».

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.