#Ontario

Niagara Ouest-Glanbrook: élection du plus jeune député de l’histoire

Le progressiste-conservateur, Sam Oosterhoff, est le nouveau député de Niagara-Ouest-Glanbrook. Crédit photo: Étienne Fortin-Gauthier #ONfr

GRIMSBY – Le progressiste-conservateur Sam Oosterhoff a remporté une victoire éclatante dans Niagara-Ouest-Glanbrook, devenant du même coup à 19 ans le plus jeune député de l’histoire de l’Ontario.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Sam Oosterhoff prend le relais à Tim Hudak, qui s’est retiré de la vie politique plus tôt cette année. La circonscription demeure donc aux mains des progressistes-conservateurs qui la détiennent depuis sa création.

À la surprise de tous, le chef du Parti progressiste-conservateur est apparu dans la cohue au rassemblement du candidat, moins d’une heure après la fermeture des bureaux de vote. Et il a déclaré son candidat élu. «Nous venons de briser la barrière de l’âge», a-t-il lancé en référence à l’âge du nouvel élu.

FullSizeRender

Sam Oosterhoff a récolté 54% des suffrages avec 17 651 votes. Mike Thomas (NPD) hérite de la deuxième place avec 25% du vote (8 123 voix). Vicky Ringuette, avocate francophone originaire du Nouveau-Brunswick, est loin derrière avec 15% des voix (4997 votes).

 

Relations difficiles avec les médias

Sam Oosterhoff a été l’objet de nombreuses critiques tout au long de la campagne. Il se décrit lui-même comme «100% pro-vie» et a refusé à de multiples reprises d’aborder la question des droits de la communauté LGBT. Il s’oppose également fermement au nouveau programme d’éducation sexuelle mis en place par le gouvernement ontarien. Son refus d’accorder des entrevues aux grands médias pendant plusieurs semaines lui a aussi attiré les foudres de plusieurs.

image2

Et ça ne s’est pas amélioré le soir de sa victoire. En début de soirée, son père a interrompu de manière virulente un échange que le représentant d’#ONfr avait avec le grand-père du jeune élu. «Tu arrêtes de lui parler tout de suite !», a-t-il lancé, tout en ayant une attitude intimidante à notre endroit. Plus tard, l’entourage de Sam Oosterhoff a promis quelques mots en français aux médias francophones. Le jeune député a finalement fui en courant dans les couloirs de l’hôtel à la vue de nos micros.

Mais 30 minutes plus tard, après s’être préparé, il est revenu dire quelques mots dans la langue de Molière…

 

Des positions controversées

Au cours des dernières semaines, le chef du Parti PC, Patrick Brown, a dû défendre à moult reprises son candidat. M. Brown a assuré que le jeune conservateur social faisait siens les valeurs et le programme du parti.

D’ailleurs, face aux médias, Sam Oosterhoff a dû défendre ses positions passées. «Êtes-vous pour ou contre l’homosexualité ?», ont demandé plusieurs membres des médias. Tout en restant plutôt évasif, il a dit qu’il comptait représenter l’ensemble de la population dans toute sa diversité.

image1

L’élection partielle dans Niagara-Ouest-Glanbrook s’est déroulée pendant une période mouvementée pour le gouvernement libéral en place. Des accusations de corruption ont été déposées contre deux libéraux, dont l’une qui était le bras droit de la première ministre, Kathleen Wynne. Le gouvernement a aussi dû se défendre en raison de l’augmentation marquée des coûts des factures d’électricité dans la province.

 

L’élection de Sam Oosterhoff marque l’histoire politique de la province. À 19 ans, il devient le plus jeune élu de l’histoire de Queen’s Park. Le député Reid Scott, élu en 1948 à l’âge de 21 ans, détenait auparavant ce record. Sam Oosterhoff pourrait même être le plus jeune député élu de l’histoire du pays. Au niveau fédéral, le record était auparavant détenu par Pierre-Luc Dusseault, âgé de 21 ans et onze mois.

Dans l’autre élection partielle de la soirée, les libéraux ont conservé leur circonscription d’Ottawa-Vanier. Nathalie Des Rosiers a remporté une victoire facile face au progressiste-conservateur André Marin. 

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.