#Canada, #Francophonie

Manitoba: les services en français maintenant enchâssés dans une loi

Le gouvernement du Manitoba a voté la Loi 5 en juin dernier. Archives

WINNIPEG – Les 42000 Franco-Manitobains peuvent crier victoire. Le nouveau gouvernement progressiste-conservateur a adopté à l’unanimité la Loi sur l’appui à l’épanouissement de la francophonie manitobaine (Loi 5), jeudi 30 juin.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Cette adoption en troisième lecture offre un cadre juridique à la politique sur les services en français déjà en place depuis 1989, et reposant sur le concept d’offre active dans les régions désignées bilingues.

«Le français est inextricablement lié à l’histoire de notre province et la communauté francophone continue aujourd’hui de participer pleinement à son développement», a indiqué la ministre responsable des Affaires francophones, Rochelle Squires.

«Notre province bénéficie de la présence d’une francophonie manitobaine solide et dynamique et cela continuera. Cette loi montre non seulement que notre gouvernement tient à la francophonie manitobaine, mais qu’il soutient aussi sa progression continue.»

La loi prévoit par ailleurs la création d’un Conseil consultatif des affaires francophones formé de hauts fonctionnaires et de membres de la communauté, l’élaboration par les ministères d’un plan stratégique pluriannuel sur les services en français qu’ils comptent offrir, ou encore un rapport annuel faisant état des activités du Secrétariat aux Affaires francophones et du Conseil consultatif.

«Il s’agit d’un moment historique pour la francophonie manitobaine», a réagi la présidente de la Société franco-manitobaine (SFM), Jacqueline Blay, dans un communiqué paru en fin d’après-midi. «Cette nouvelle loi permettra de poser des gestes concrets auprès de tous ceux et celles qui souhaitent vivre en français et de leur fournir les outils pour le faire. Une langue, pour qu’elle s’épanouisse, doit être parlée et entendue.»

Même sentiment du côté du Conseil jeunesse provincial (CJP), l’organisme porte-parole de la jeunesse franco-manitobaine. «Moment historique au Manitoba aujourd’hui. Le projet de loi 5 adopté à l’unanimité! Louis Riel serait fier de nous», s’est exclamé son président Justin Johnson, sur Twitter.

 

Attente et défis

L’adoption de la Loi 5 n’a pas été sans accrocs. Un premier projet semblable présenté par le gouvernement néo-démocrate de Greg Selinger à l’automne dernier est finalement mort au feuilleton quatre mois plus tard du fait du déclenchement des élections provinciales.

L’arrivée au pouvoir des progressistes-conservateurs, réputés parfois moins favorables aux francophones, paraissait rendre les choses plus compliqués. D’autant que Mme Squires est unilingue anglophone.

«Nous remercions le premier ministre, Brian Pallister, Mme Squires et le Secrétariat aux affaires francophones pour leur collaboration et leur soutien continu», a fait valoir la SFM dans son communiqué.

La réflexion sur la francophonie est de plus en plus bouillante chez les 42 000 résidents de la province possédant le français comme langue première. Par la voix de la SFM, ceux-ci exigent une définition plus inclusive des francophones. L’organisme a même intenté récemment une poursuite juridique contre le gouvernement fédéral pour élargir l’appellation actuelle, utilisée notamment par Statistique Canada lors de ses recensements.

Par ailleurs les francophones souhaitent un financement plus accru du gouvernement pour les écoles de langue française. Autant de thèmes débattus au mois d’avril lors des États généraux de la francophonie.

Le Manitoba devient la quatrième province en milieu minoritaire à posséder une loi sur les services en français, après l’Ontario (1986), l’Île-du-Prince-Édouard (1999) et la Nouvelle-Écosse (2004).

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.