#Francophonie

L’Ontario nommera un modérateur pour Alfred

TORONTO – Le gouvernement de l’Ontario doit nommer, «sous peu», un modérateur pour veiller à la relance du collège agricole francophone d’Alfred, selon ce qu’a appris TFO.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Ce modérateur aura le mandat de huiler les pourparlers entre l’Université de Guelph (UdeG), qui compte se départir de son campus d’Alfred, et les collèges Boréal et La Cité, qui ont démontré de l’intérêt à poursuivre la mission du seul établissement franco-ontarien d’enseignement de technologies agricoles et alimentaires.

«Je suis convaincu que le collège d’Alfred demeurera ouvert et, même, qu’il ressortira de cette épreuve encore plus fort», a confié Brad Duguid, ministre de la Formation, des Collèges et des Universités, à 360 TFO, le vendredi 25 avril. «Nous pourrons continuer à offrir une formation agricole en français à Alfred. Et ce sera une formation par et pour les Franco-Ontariens», a-t-il précisé.

M. Duguid a confirmé qu’un modérateur sera bientôt nommé par la province pour superviser la transition du collège d’Alfred de l’UdeG vers ses nouveaux bailleurs collégiaux.

Plan de sauvetage

Les collèges Boréal, à Sudbury, et La Cité, à Ottawa, ont conclu une entente de principe pour assurer, dès le prochain semestre d’automne, le maintien de certains programmes francophones de formation agricole à Alfred.

Mais il n’existe, pour l’instant, aucune garantie à plus long terme.

L’UdeG a annoncé, à la mi-mars, qu’elle délestera d’ici la fin 2015 son campus d’Alfred, ainsi que son campus anglophone de Kemptville, pour des raisons financières. L’établissement tente d’éponger un déficit de plus de 30 millions $.

Comité de mise en œuvre

Pour sa part, le Conseil communautaire du collège d’Alfred (CCCA) presse Queen’s Park d’agir pour assurer, au-delà de certaines ententes de principe, la survie de l’établissement d’enseignement agricole francophone de l’Est ontarien.

L’organisme de liaison réclame la création, le plus rapidement possible, un comité de mise en œuvre ayant la capacité de «négocier les ententes» avec la province et les collèges Boréal et La Cité. Il réclame aussi une aide financière gouvernementale «adéquate».

L’Ontario français s’attend à «des actions rapides et concertées du gouvernement» pour l’avenir de son établissement de formation agricole, a fait savoir Tom Manley, président du CCCA.

M. Manley s’est dit «très encouragé» par le soutien ponctuel de 2 millions $ qu’a accordé Queen’s Park au collège de Kemtpville, le temps que l’établissement trouve, lui aussi, d’autres partenaires pour assurer sa survie. «Par ce geste, le gouvernement confirme le besoin d’enseignement postsecondaire dans l’Est ontarien dans le secteur de l’agroalimentaire», a-t-il commenté.

La province n’aurait cependant pas dans ses cartons d’accorder une aide ponctuelle à Alfred, comme elle l’a fait à Kemptville.

«La situation est différente à Alfred et à Kemptville. À Alfred, nous avons la confirmation que les programmes d’études seront toujours offerts, l’an prochain, et qu’ils seront entièrement financés par la province, sous l’égide de nouveaux partenaires. Alors qu’à Kemptville, il fallait assurer une transition pour donner le temps à de nouveaux partenaires de s’entendre sur le rôle qu’ils joueront dans la relance de l’établissement», a expliqué M. Duguid à TFO.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org