#Ontario

L’Ontario investira dans la recharge de véhicules électriques

Le député Glenn Thibeault et les ministre Brad Duguid et Steven Del Duca faisant la démonstration d'une borne de recharge d'un véhicule électrique. François Pierre Dufault

TORONTO – Le gouvernement libéral de l’Ontario promet d’investir 20 millions $ au cours de la prochaine année dans de nouvelles stations de recharge pour les véhicules électriques.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

La troupe de Kathleen Wynne dit vouloir donner un coup de pouce aux véhicules «verts» et ainsi réduire l’empreinte environnementale des transports dans la province.

«Nous allons permettre à plus d’Ontariens d’acheter des véhicules électriques», s’est engagé Steven Del Duca, ministre des Transports, lors d’un point de presse à Toronto, mardi 8 décembre. «La transition à des véhicules propres ou à faibles émissions est un élément essentiel de notre lutte au changement climatique.»

Queen’s Park souhaite réduire d’ici 2050 ses émissions de gaz à effet de serre à 80% de ce qu’elles étaient en 1990.

Le clan libéral prévoit dépenser son enveloppe de 20 millions $ sous la forme de subventions à des «partenaires des secteurs public et privé» qui seraient responsables de mettre sur pied un réseau de stations de recharge. Il dit ignorer, pour l’instant, combien de stations seront aménagées pour cette somme ou combien de stations il faudrait, au total, pour que la province ait un réseau complet.

L’annonce de M. Del Duca est intervenue à trois jours de la clôture de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, à Paris, à laquelle a participé la première ministre Kathleen Wynne.

 

«Anxiété»

Le ministère des Transports de l’Ontario (MTO) recense environ 5400 véhicules électriques immatriculés dans la province à l’heure actuelle. Une donnée relativement faible qui s’explique par une certaine «anxiété» des automobilistes par rapport au petit nombre de points de recharge, selon M. Del Duca.

«Nous devons bâtir l’infrastructure adéquate pour les véhicules électriques», a insisté Brad Duguid, ministre du Développement économique, lors de l’annonce à Toronto. «Nous sommes aussi engagés à travailler avec l’industrie de l’automobile pour bâtir ici des véhicules verts.»

L’opposition à Queen’s Park voit d’un bon œil des investissements dans l’infrastructure pour les véhicules électriques. Mais les deux partis du côté gauche de la Législature se disent préoccupés par la transparence des octrois. Surtout après la révélation, par la Vérificatirce générale de la province, que 80% des nouvelles subventions depuis 2010 ont été accordées à des entreprises qui avaient été invitées dans un premier temps par le gouvernement à présenter une demande.

«C’est une étape positive. Mais c’est important d’avoir un plan», a fait valoir le chef progressiste-conservateur Patrick Brown. «Avant de dépenser l’argent d’un nouvel impôt sur le carbone, c’est important que nous connaissions tous les coûts et quels sont les plans du gouvernement.»

«Notre province doit jouer un rôle quant aux nouvelles technologies vertes», a ajouté le néo-démocrate Taras Natyshak. «Mais nous aimerions savoir exactement où cet argent va aller», a soulevé à son tour l’élu d’Essex, dans la région de Windsor. «C’est une annonce avec très peu de détails».

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org