#Ontario

L’Ontario équipe des déneigeurs privés… à ses frais

L’Ontario a changé la formule de sélection des entrepreneurs pour l’entretien hivernal de ses routes en 2009. Bureau de la Vérificatrice générale de l'Ontario

TORONTO – L’Ontario aurait subventionné depuis 2012 l’achat d’une bonne centaine de déneigeuses et d’épandeuses par des compagnies privées qui n’avaient pas les pièces d’équipement nécessaires pour s’acquitter de leurs contrats publics d’entretien hivernal des routes provinciales.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Vertement critiqué par la Vérificatrice générale (VG) pour avoir joué avec la sécurité des automobilistes au cours des cinq derniers hivers, le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a dit s’être doté, fin juin, d’un plan d’action pour l’entretien hivernal des routes provinciales. Ce plan prévoit, entre autres, le déploiement de nouvelles déneigeuses et épandeuses de liquides déglaçants.

Queen’s Park avait toujours semblé dire que les pièces d’équipement étaient acquises par la province et qu’elles allaient demeurer de propriété publique quoiqu’il arrive. Il s’avère, au contraire, que les nouvelles déneigeuses et épandeuses ont été achetées par des compagnies privées… avec des deniers publics.

«Toutes les pièces d’équipement sont achetées ou louées par les entrepreneurs. Tout ce que le gouvernement fait, c’est payer pour le service additionnel de ces nouvelles pièces d’équipement», a voulu nuancer Steven Del Duca, ministre des Transports, à sa sortie de la Législature, mardi 1er décembre. «Nous ne payons que pour le service.»

Depuis 2012, le ministère des Transports de l’Ontario aurait subventionné l’achat de quelque 158 pièces d’équipement par des déneigeurs privés pour que ceux-ci puissent remplir les exigences de base de leurs contrats publics d’entretien routier. On ignore à combien s’élève la facture.

 

«Détérioration»

Dans un rapport spécial, fin avril, la VG avait conclu qu’un changement dans la manière d’octroyer les contrats de déneigement était à l’origine d’une importante «détérioration» de l’état des routes provinciales l’hiver depuis 2009.

L’Ontario avait alors opté pour des contrats «fondés sur le rendement» qui accordaient plus de points aux plus bas soumissionnaires, et ce, qu’ils aient ou non l’équipement nécessaire pour s’acquitter de la tâche. Résultat: des entrepreneurs sous-équipés et sous-qualifiés ont décroché d’importants contrats d’entretien routier sans avoir la capacité de les mener à bien.

L’opposition à Queen’s Park s’insurge, pour sa part, que la centaine de nouvelles déneigeuses et épandeuses payées par la province finissent dans les mains des entrepreneurs.

«Les libéraux ont octroyé des contrats d’entretien hivernal à des compagnies qui n’avaient même pas l’équipement nécessaire. Après s’en être rendu compte, ils ont décidé d’acheter de nouveaux équipements», a pesté le progressiste-conservateur Michael Harris, de la région de Kitchener. «L’équipement demeurera la propriété des entrepreneurs même s’il a été payé par les contribuables.»

«Le ministre ne semble pas être en mesure de nous dire qui demeurera propriétaire de ces équipements à la fin. Est-ce que c’est le public? Ou est-ce que ce sont les entrepreneurs? C’est une question très simple mais nous n’arrivons pas à obtenir une réponse claire», a rajouté la chef néo-démocrate Andrea Horwath, à #ONfr.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org