#Canada, #Francophonie, #Ontario

L’Ontario dans la francophonie: ce qui va changer

Le Sommet de la francophonie s'est déroulé en novembre dernier, à Antananarivo (Madagascar). Crédit photo : Gracieuseté

TORONTO – L’accession de l’Ontario à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pourrait avoir des retombées importantes dans de nombreuses sphères de la vie politique et sociale ontarienne. Voici cinq domaines où les Franco-Ontariens pourraient ressentir les bénéfices de voir leur province se joindre à la francophonie mondiale.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Visibilité internationale

C’est une critique entendue régulièrement: peu de gens connaissent l’existence de la francophonie ontarienne hors des frontières de l’Ontario. En se joignant à l’OIF, l’Ontario sera aux côtés des représentants des pays de la francophonie, dont la France, la Belgique et plusieurs autres. «Pour l’Ontario, qui, je vous le rappelle, est la province ayant le plus de francophones en dehors du Québec, un statut d’observateur à l’OIF signifie une visibilité auprès de 900 millions de personnes réparties sur 80 États et gouvernements», affirmait récemment la ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde. Le gouvernement ontarien compte profiter de l’OIF pour faire entendre sa voix et effectuer un travail de fond pour accroître la notoriété de l’Ontario français.

drapeau

 

Jeunesse

La mobilité de la jeunesse francophone est l’une des priorités de l’Organisation internationale de la francophonie. Il faut le dire, 60 % de la population des pays membres de l’OIF a moins de 30 ans. La jeunesse franco-ontarienne pourra dorénavant profiter des programmes mis en place dans la francophonie pour favoriser les échanges et les expériences professionnelles.

oui2

Par exemple, le programme de volontariat international de la Francophonie (VIF) permet aux jeunes de participer à différents projets dans un autre pays membre de l’espace francophone. L’Ontario pourra aussi redonner à la francophonie mondiale en participant à différents programmes de développement dans des pays moins favorisés.

 

Espace économique francophone

Le français est parlé par 274 millions de personnes au sein des pays membres de l’OIF. Un bassin de population au potentiel exceptionnel, notamment au niveau économique, que l’Ontario pourrait exploiter. Christophe Traisnel, du Département de science politique de l’Université de Moncton, expliquait il y a quelques mois certaines des opportunités commerciales qui pourraient voir le jour. «Les différents acteurs autour de la table représentent une grande variété de marchés, notamment les pays émergents comme le Vietnam, le Cambodge, le Laos… (…) Le Québec et le Nouveau-Brunswick n’y participent pas uniquement pour parler de francophonie, mais pour les occasions d’affaires que cela représente. Une adhésion à l’OIF, ce n’est pas symbolique!», croit le professeur spécialiste de la francophonie.

Léonie Tchatat, directrice de la Passerelle I.D.É., estime que les opportunités seront nombreuses. «L’intérêt d’avoir l’Ontario dans l’OIF va certainement se mesurer en termes de coopération internationale avec d’innombrables opportunités d’échanges économiques, commerciaux, et financiers (…) C’est une opportunité d’affaires énorme sur le continent africain, un terrain encore très vierge», a-t-elle notamment expliqué lors d’un échange avec #ONfr. Les échanges au niveau scientifiques et technologiques entre les pays francophones ne sont pas non plus négligeables, selon elle.

franco

 

Immigration

L’Ontario est incapable d’atteindre sa cible de 5 % d’immigrants francophones depuis des années. Grâce à son adhésion à l’OIF, la province compte afficher mieux sa francophonie dans les pays où grandissent les futurs immigrants du Canada. Alors qu’un comité d’experts propose que l’Ontario effectue une sélection plus efficace des immigrants francophones, le gouvernement mise notamment sur son adhésion à l’OIF pour atteindre son objectif. La province espère aussi avoir une meilleure compréhension des clientèles potentielles, ainsi que développer un réseau d’interlocuteurs avec qui elle pourra tenter de mieux cibler de futurs immigrants francophones.

 

Échange de connaissances

Les Franco-Ontariens ne sont pas les seuls francophones sur la planète à évoluer en situation minoritaire. La critique néo-démocrate en matière de francophonie, France Gélinas, estime qu’il sera utile de mieux comprendre la réalité de ces francophones et des autres qui évoluent dans un contexte différent. «Nous avons beaucoup à apprendre. En Belgique, peut-être peut-on aller voir comment on encadre l’offre de services en français. Dans d’autres pays comment fait-on pour protéger la minorité francophone? Je veux en savoir plus», dit-elle. Certaines minorités francophones ont obtenu des pouvoirs particuliers par le passé, peut-être faut-il s’inspirer de certaines initiatives, croit-elle. «Les gens qui comprennent la francophonie peuvent nous amener des solutions à nos problèmes. J’espère que nous ne joignons pas l’OIF seulement pour les apparences», ajoute Mme Gélinas.

 

 

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.