#Francophonie, #Ontario

Loi 8: Vaughan demande sa désignation

La ville de Vaughan compte plus de 300000 résidents. Courtoisie

VAUGHAN – Une 27e région désignée en vertu de la Loi sur les services en français? La Ville de Vaughan dans la banlieue de Toronto est candidate pour être assujettie à la Loi 8 de 1986.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

«Nous avons commencé les démarches», a confirmé à #ONfr, Chantal Haché-Bertrand, directrice de l’Association des francophones de la région de York (AFRY).

«C’est un processus qui prend beaucoup de temps, et nous sommes conscients que ça ne se fera pas cet été, mais la désignation récente de la banlieue métropolitaine de Markham en vertu de la Loi 8 nous a encouragés. Nous (L’AFRY) avions piloté le dossier.»

Si Vaughan compte une proportion d’un peu moins de 1% de résidents de langue maternelle française, la ville a connu une explosion démographique au cours des dernières années. On y compte aujourd’hui plus de 300000 résidents, contre un peu plus de 130000 en 1996.

Comme dans le cas de Kingston (2009) et Markham (2015), il s’agirait d’une désignation discrétionnaire puisque la ville n’entre pas directement dans les critères de la Loi 8. À savoir une proportion de 10% de francophones, et un total de 5000 francophones ou plus dans un centre urbain. Des appuis politiques sont dès lors nécessaires pour convaincre Queen’s Park.

«Nous avons déjà rencontré deux politiciens locaux qui sont ouverts à l’idée et prêts à nous appuyer», précise Mme Haché-Bertrand. «Nous avons aussi informé la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, de nos intentions.»

Interrogée par #ONfr, cette dernière se montre effectivement favorable: «Ce sont de bonnes nouvelles. Chaque fois qu’il y a une demande de désignation, ça me fait plaisir.»

 

Longue attente ailleurs

Toujours est-il que les démarches de Vaughan coïncident avec les déboires de la Ville d’Oshawa pour obtenir sa désignation. Les négociations bloquent toujours depuis plusieurs années afin que les 6700 francophones de l’endroit accèdent à des services en français.

«L’embûche est au niveau de la municipalité régionale. On ose espérer que ça va se régler», fait savoir Mme Meilleur à #ONfr.

Oshawa n’est pas un cas isolé. La Municipalité régionale de Waterloo à l’ouest de Toronto, incluant notamment les villes de Waterloo, Cambridge et Kitchener, court toujours après sa désignation en vertu de la Loi 8 après des années.

Interrogée récemment par #ONfr, l’Association des francophones de Kitchener-Waterloo (AFKW) se disait «découragée» par la lenteur du processus.

Pour la critique néodémocrate en matière d’Affaires francophones, France Gélinas, la Loi 8 est aujourd’hui à bout de souffle: «Je ne comprends pas pourquoi le processus pour une désignation oblige des communautés à faire des culbutes comme ça. Un seul joueur peut-il retenir toute une communauté pendant près d’une décennie, vraiment? Il faut changer le processus. Qu’une seule personne ne puisse plus retenir le futur d’une communauté. La Loi 8 a besoin d’être mise à jour. J’y travaille.»

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.