#Canada, #Ontario

Les temps d’attente s’améliorent, mais il y a encore des problèmes

Les temps d’attente s’améliorent en Ontario selon un récent rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé. Crédit photo: Jackson Ho

TORONTO – Les temps d’attente s’améliorent en Ontario, selon un récent rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé. Toutefois, de grandes disparités régionales persistent toujours.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Selon l’Institut canadien d’information médicale, la plupart des patients ontariens a subi leurs chirurgies dans les délais prescrits, en 2016.

Toutefois, bien que le rapport dresse un bilan somme toute positif, des patients en attente de chirurgie pour certains types d’opérations ont été victimes de délais supplémentaires.

Par exemple, en 2012, 90 % des patients en attente d’une arthroplastie de la hanche étaient traités dans un délai de 192 jours. En 2016, pour le même type de chirurgie, 90 % des patients reçoivent leur traitement dans les 210 jours.

Au Canada, le délai de traitement pour une arthroplastie de la hanche est de 26 semaines, soit 182 jours.

Pour une arthroplastie du genou, en 2012, près de 50 % des patients ontariens étaient traités dans les 76 jours, mais certains patients ont dû attendre jusqu’à 226 jours. Le temps de référence au pays est établi à 182 jours.

L’an dernier, 90 % étaient traité dans un délai de 241 jours alors qu’uniquement 50 % des patients recevaient le traitement dans un délai de 86 jours.

 

Des disparités régionales fortes

Le rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé illustre certaines disparités régionales au sein même de l’Ontario.

C’est dans le Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du Sud-Ouest, où se trouve la ville de London, que les temps d’attentes sont les plus longs en Ontario.

Pour un remplacement d’une hanche, 50 % des patients sont traités dans un délai de 148 jours et seulement 64 % le délai de référence de 26 semaines.

Pour le remplacement d’un genou, les temps d’attente sont encore plus élevés alors que seulement 56 % des patients sont capables d’avoir accès à une chirurgie dans le temps de référence canadienne.

En comparatif, 98 % des patients en attente d’un remplacement d’une hanche sur le territoire du RLISS du Centre, où se trouve Richmond Hill et Markham, peuvent recevoir un traitement dans un délai prescrit. 50 % des patients recevaient même un traitement dans un délai de 58 jours.

Pour ce qui est du RLISS de Champlain, où se trouve l’Hôpital Montfort, l’Institut canadien d’information en santé note que 91 % des patients peuvent recevoir une arthroplastie de la hanche dans un délai de 26 semaines. En comparatif, pour le même type de chirurgie en 2014, seulement 83 % des gens pouvaient la recevoir pour la même période.

 

Des statistiques encourageantes pour le pays

L’Institut canadien d’information note, qu’en moyenne au Canada, trois patients sur quatre ont subi leur intervention prioritaire dans le délai recommandé sur le plan médical.

Les résultats varient toutefois selon l’intervention et la province.

Le nombre de patients qui ont été traités dans les délais de référence des interventions urgentes continue d’augmenter, par exemple pour une fracture de la hanche, ou demeure invariablement élevé, note l’organisme.

Ces tendances divergentes relatives aux temps d’attente ainsi que les écarts provinciaux font ressortir qu’il est important de continuer à surveiller les temps d’attente au Canada, estime également l’Institut.

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72