#Francophonie, #Ontario

«Les francophones de Toronto ont les mêmes droits que les anglophones de Montréal»

Chantale Carrier, Verity Crewe-Nelson et Vanessa Gagné n'en peuvent plus d'attendre une décision du gouvernement pour la création d'une nouvelle école secondaire francophone dans l'Est de Toronto Crédit photo: Étienne Fortin-Gauthier

TORONTO – Des dizaines de parents survoltés ont pris part, mercredi soir le 25 janvier, à une rencontre dans l’Est de Toronto, où ils exigent depuis dix ans l’ouverture d’une école secondaire de langue française. Face à l’immobilisme du gouvernement, ils sont maintenant déterminés à se tourner vers les tribunaux.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Plusieurs parents ont décidé d’abandonner le français pour placer leurs enfants dans une école de quartier anglophone. Et ces enfants s’assimilent aujourd’hui», s’attriste Heidi Pospisil, de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier. «Il est plus que temps de faire respecter nos droits constitutionnels», a-t-elle lancé devant des dizaines de parents réunis dans un local de la rue Danforth, à l’Est de la Ville Reine. Ces derniers exigent que leurs enfants puissent évoluer dans une école francophone dans leur quartier, mais aussi qu’ils puissent bénéficier de la même qualité d’installations que les jeunes anglophones.

Lianne Doucet, aussi membre de la Coalition, dénonce le manque d’action du gouvernement Wynne. «Ça fait dix ans qu’on leur dit qu’on a besoin de fonds pour créer cette école. C’est le temps d’aller de l’avant avec une démarche juridique», a-t-elle indiqué aux parents présents.

Face à cette impasse qui dure depuis dix ans, le groupe est à finaliser une poursuite contre le gouvernement ontarien. Nicolas Rouleau est l’un des avocats engagés par la Coalition pour mener cette lutte juridique. La poursuite devrait s’appuyer sur l’article 23 de la Charte des droits et libertés, a-t-il révélé.

«La charte dit que vous avez le droit, si vous êtes suffisants en nombre, d’envoyer vos enfants à l’école en français. Si vous étiez anglophones à Montréal, vous auriez le droit de les envoyer dans une école anglophone. Et les anglophones à Montréal ont de belles écoles. Les francophones de Toronto ont les mêmes droits que les anglophones de Montréal» – Nicolas Rouleau, avocat

Lui et son collègue, Sylvain Rouleau, font savoir qu’un ultimatum a été donné au gouvernement l’an dernier. Depuis un an, aucune réponse satisfaisante n’a été fournie par les autorités.  «Nous n’aurons pas le choix d’aller de l’avant», soutient Nicolas Rouleau. Il affirme que les parents caressaient beaucoup d’espoir de voir le gouvernement agir au cours de la dernière décennie. «Les parents se sont fait berner», a-t-il lancé.

La poursuite sera déposée en français. Le processus juridique risque d’être long, affirme Me Rouleau, qui compte cependant insister sur l’urgence d’une décision. «Ça peut prendre beaucoup de temps. Cependant, nous croyons que nous avons besoin d’avoir une audience au plus vite et une décision rapide pour mettre fin à l’assimilation», insiste-t-il.

 

Des parents inquiets

Trois mères inquiètes et en colère contre les autorités se sont confiées à #ONfr. «Mes enfants sont en deuxième année. Je suis à la limite. S’il n’y a pas d’annonce bientôt, ils vont comme plusieurs autres devoir aller dans des écoles anglophones. Il faut que ça soit prêt à temps pour eux», lance Chantale Carrier dans un cri du cœur aux autorités en place. «On sait depuis longtemps qu’il faut une école secondaire francophone dans l’Est. Il n’y a pas de questions: les besoins sont là! On est là, on veut aider et on veut que ça arrive très bientôt», renchérit Vanessa Gagné.

Une autre affirme qu’elle doit conduire pendant 90 minutes chaque matin pour aller conduire une de ses filles dans une école secondaire francophone «convenable».  «Le Collège français au centre-ville n’a pas de cour d’école! Alors je vais porter deux de mes filles à l’école primaire, puis je vais conduire mon autre dans le nord de Toronto où il y a une école secondaire francophone avec une cour et des activités sportives», souligne Verity Crewe-Nelson.

La directrice des communications du Conseil scolaire Viamonde, Claire Francoeur, affirme que son organisation a la volonté nécessaire pour ouvrir une école dans ce secteur. Mais les ressources ne suffisent pas, dit-elle. «C’est une de nos priorités. On veut continuer à  travailler et à les aider. La principale ressource, c’est le financement du ministère de l’Éducation. Ensuite, il faut un terrain», affirme-t-elle.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.