#Canada, #Francophonie

Les défis et projets de la francophonie de Terre-Neuve-et-Labrador

Le port de St. John's à Terre-Neuve-et-Labrador. François Pierre Dufault

https://www.youtube.com/watch?v=9zAVMJoPEnU&feature=youtu.be
ST. JOHN’S – La situation économique difficile de Terre-Neuve-et-Labrador pousse les francophones de la province à revoir leurs priorités afin de promouvoir et développer leur communauté. Reportage.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @bvachet

Pendant deux jours, la province de Terre-Neuve-et-Labrador s’est retrouvée sur le devant de la scène de la francophonie canadienne en accueillant, du 22 au 23 juin, la 21e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne.

La rencontre, qui réunissait plusieurs ministres responsables des affaires francophones dans les provinces et territoires et la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a permis d’aborder de nombreux enjeux propres aux communautés francophones en contexte minoritaire.

Immigration francophone, éducation, petite enfance… Avec 3020 personnes ayant déclaré le français comme langue maternelle, soit 0,6% de la population, selon les chiffres du recensement de 2011 de Statistique Canada, la communauté francophonie de la province connait bien ces enjeux. Concentrée dans trois régions éloignées, St-Jean, Labrador city et l’ouest de Terre-Neuve dans la péninsule de Port-au-Port, elle doit également composer avec l’éloignement et trois réalités différentes.

«Cela entraîne plusieurs défis dont celui de simplement se réunir. C’est moins problématique pour les adultes, mais pour les jeunes, cela renforce le sentiment d’isolement. Ils ont du mal à réaliser qu’il y a d’autres gens qui ont la même langue et la même culture», explique Cyrilda Poirier, présidente de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL).

Les francophones possèdent quelques écoles et lieux culturels dédiés à la francophonie, ainsi qu’un petit nombre d’organismes et un journal, Le Gaboteur. Dernièrement, le gouvernement a annoncé l’ouverture prochaine d’une deuxième école de langue française à St-Jean.

 

Manque d’institutions

À la tête de la FFTNL depuis trois ans, Mme Poirier est née à Sudbury. Franco-ontarienne de naissance et acadienne de cœur, elle est venue s’installer dans la province il y a plus de 30 ans et a toujours travaillé dans la communauté francophone. En octobre 2017, elle passera le flambeau à une nouvelle personne.

«La grosse différence par rapport aux communautés franco-ontarienne et acadienne, c’est que celles-ci ont leurs institutions, ce qui leur permet de s’épanouir. Pour nos jeunes francophones, s’ils veulent poursuivre leurs études au postsecondaire, leur solution est soit de quitter la province, soit d’étudier en anglais à l’Université Memorial. Cela se fait donc à notre détriment alors que nous sommes déjà une petite communauté. Et puis, la situation économique entraîne aussi des départs…»

Ne pas avoir de masse critique et vivre si éloignés les uns des autres entraîne des conséquences concrètes pour les francophones de Terre-Neuve-et-Labrador, explique Mme Poirier, notamment pour obtenir des services en français, par exemple, dans le domaine de la santé.

 

Défis économiques

D’un point de vue économique, la chute des prix du pétrole et du minerai de fer ont eu un impact direct sur la population locale. L’exploitation des hydrocarbures extracôtiers a longtemps profité à la province. En mars dernier, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il bonifierait l’assurance-emploi et prolongerait la durée des prestations, alors que selon Statistique Canada, le taux de chômage était de 11,7% dans la province au mois de mai 2016.

Comme tout le monde, les francophones de Terre-Neuve-et-Labrador sont soumis à cette réalité économique. Toutefois, des opportunités existent encore, selon la directrice générale du Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) de Terre-Neuve-et-Labrador, Carolina Herrera.

«Qui dit crise économique, dit difficultés au niveau de l’emploi. Toutefois, d’un point de vue optimiste, on peut se dire que cela peut créer des opportunités de mettre en avant l’avantage du français comme valeur ajoutée pour conquérir de nouveaux marchés. Nous insistons là-dessus auprès des employeurs. Et puis, malgré la crise, il y a encore un grand besoin d’employés bilingues qualifiés dans certains domaines.»

Il demeure toutefois difficile d’attirer des candidats, reconnait-elle, du fait du coût de la vie et aussi, dans une moindre mesure, d’une méconnaissance de la province, notamment quant à la présence d’une communauté francophone.

La situation économique actuelle a conduit le RDÉE TNL à ajuster son mandat. Depuis le début de l’année, l’organisme n’a eu aucune demande d’aide au démarrage d’entreprise, alors il se concentre sur des projets de développement qui, parfois, dépassent la simple communauté francophone.

«À Port-au-Port, notre agente travaille sur un projet de recherche d’eau potable. Tout est parti d’une de ses clientes qui voulait ouvrir un service de traiteur, mais qui n’a pas d’eau potable là où elle habite. Si nous réussissons, cela servira à toute la région. Et si on ne le fait pas, personne ne va le faire, alors qu’il y a un potentiel touristique énorme, notamment pour la communauté francophone autour de son centre culturel.»

Le RDÉE travaille également là-bas sur le développement du service cellulaire. Une manière de favoriser le tourisme là encore, car à travers la province, le secteur reste très porteur, concentrant une grande partie des entreprises francophones et bilingues.

 

Le gouvernement se veut rassurant

Le moment paraît donc peu propice à des avancées pour la communauté francophone. Le déficit record de près de 2 milliards $ a conduit le gouvernement de Dwight Ball à annoncer d’importantes compressions et des hausses de taxes pour les foyers.

Malgré ces difficultés, le ministre responsable des Affaires francophones, Perry Trimper, se veut rassurant quant aux intentions de son gouvernement vis-à-vis de la communauté francophone.

«Je veux travailler à l’épanouissement de la communauté», assure-t-il. «Nous avons fait des progrès en matière de services en français et disposons depuis peu d’une politique sur les services en français, dont nous sommes très fiers. J’ai aussi commencé à réunir mes collègues en matière de santé, d’immigration etc. pour tenir compte de notre communauté francophone dans nos décisions. Je suis aussi en train de travailler pour qu’il soit possible de faire une demande de permis de conduire en français. Il y a beaucoup de mesures que nous pouvons prendre qui ne coûtent rien, mais demandent seulement un changement d’attitude.»

M. Trimper dit toutefois espérer un coup de pouce du gouvernement fédéral pour aider son gouvernement à en offrir davantage.

 

Faire reconnaître le drapeau

Consciente des difficultés économiques de la province, la FFTNL se concentre, depuis l’élection de Dwight Ball en novembre dernier, sur des demandes peu coûteuses mais qui auront un impact, notamment en termes de visibilité, pense-t-elle.

«Pour nous, ça se passe très bien avec le nouveau gouvernement. Il y a une ouverture comme je n’en avais encore jamais vu auparavant. Nous avons un ministre qui semble très intéressé à s’investir. Il nous a invités pour une rencontre avant même que nous ne lui demandions et a participé à la levée du drapeau de sa propre initiative.»

En janvier, la FFTNL lui a transmis une liste d’épicerie en prenant soin de demander des choses qui ne coûtent pas cher, comme des plaques d’immatriculation en français, la traduction de certaines informations aux usagers sur le site du gouvernement, notamment pour renouveler son permis de conduire, ou encore, la mise en place d’élections de conseillers scolaires francophones.

«Nous voulons commencer par de petites batailles», explique Mme Poirier.

La FFTNL souhaiterait également que la province reconnaisse officiellement le drapeau franco-terre-neuvien-et-labradorien. Adopté par la communauté depuis 1986, le drapeau conçu par Lyly Fortin rappelle les origines françaises des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador et leur histoire.

«Les couleurs bleu, blanc et rouge rappellent les origines françaises des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador. Les deux voiles gonflées évoquent l’arrivée des pêcheurs français et suggèrent l’action. Le jaune des deux voiles est la couleur de l’Acadie et celle utilisée par leurs ancêtres pour colorer leur fleur de lys. On distingue sur le haut de la voile une branche de Tamarack, emblème du Labrador. La voile inférieure porte la fleur emblème de la province, la Sarracénie», explique la présidente de la FFTNL.

Sur cette question, le ministre Trimper se montre prudent.

«La FFTNL nous a soumis beaucoup de bonnes idées. Je comprends pourquoi c’est important pour la communauté francophone que soit reconnu son drapeau. Nous allons voir ce que nous pouvons faire, car nous avons la même revendication avec le drapeau de Labrador.»

Si la FFTNL salue l’ouverture du nouveau gouvernement, elle demeure consciente que le contexte économique pourrait influencer la suite des choses.

«Il doit y avoir une mise à jour budgétaire à l’automne. Dans le premier budget, les services en français n’avaient pas été coupés, mais il faut reconnaître qu’il n’y a pas grande place pour des coupures. Nous allons donc voir…»

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.