#Ontario

Les débats finissent comme ils ont commencé

Les parlementaires ont quitté Queen's Park pour une pause hivernale, le 11 décembre. (Photo: François Pierre Dufault)

TORONTO – Les débats à l’Assemblée législative de l’Ontario ont pris fin pour la pause des Fêtes comme ils ont commencé à l’automne, avec l’affaire MaRS et le scandale des centrales au gaz comme toile de fond.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a dû défendre une fois de plus son bilan controversé, le jeudi 11 décembre, face à une opposition chauffée à bloc après le dépôt d’un rapport accablant de la Vérificatrice générale dans l’affaire MaRS et une nouvelle saisie policière dans l’affaire des centrales au gaz.

Mme Wynne a tout de même tiré des conclusions positives des derniers mois de délibérations à Queen’s Park, rappelant au passage l’adoption de neuf projets de loi, dont un, très attendu, sur la responsabilisation dans les secteurs public et parapublic.

«Nous mettons en œuvre notre plan en matière d’économie et nous faisons la preuve de la façon dont les quatre volets de notre plan fonctionnent ensemble pour soutenir la croissance, créer des emplois et, en fin de compte, améliorer la qualité de vie de la population de l’ensemble de la province», a déclaré Mme Wynne par le biais d’un communiqué.

Rapport de la VG

Quelques jours plus tôt, pourtant, la vérificatrice Bonnie Lysyk concluait que le clan libéral avait «risqué» la somme de 224 millions $ pour permettre à l’organisme MaRS de greffer une tour à bureaux à son complexe de recherche médicale, à Toronto. Surtout que l’édifice est demeuré largement vacant depuis sa construction et a nécessité des investissements supplémentaires de 65 millions $, puis de 86 millions $ de la part de la province.

La Police provinciale de l’Ontario a, pour sa part, procédé à une nouvelle saisie de documents dans le cadre de son enquête sur l’annulation, par les libéraux, de projets de centrales électriques au gaz à Mississauga et à Oakville à des fins électoralistes, en 2011. La manœuvre, rappelons-le, a coûté plus de 1 milliard $ au trésor public.

Les libéraux ont refusé de commenter les plus récents développements dans l’enquête policière sur les centrales au gaz.

«Fossé d’hypocrisie»

«Le comportement que nous avons vu au cours de cette session parlementaire nous montre bien le fossé d’hypocrisie qui se creuse entre les paroles (des libéraux) et la réalité», a commenté le chef progressiste-conservateur Jim Wilson lors d’un point de presse à Queen’s Park, le 11 décembre. «Ça n’a pris que trois fantômes pour convaincre Scrooge de changer son comportement. Je ne sais pas quelle preuve il faut de plus aux libéraux pour qu’ils se rendent comptent qu’ils sont sur la mauvaise voie».

M. Wilson a ajouté que le rapport de la VG lui a donné «de nouvelles munitions» pour attaquer le gouvernement à la rentrée parlementaire d’hiver, le 17 février.

«Il a fallu un rapport de la VG pour démontrer que la transparence est le dernier item sur l’agenda libéral. L’intérêt politique passe en premier», a pesté la chef néo-démocrate Andrea Horwath, qui a elle aussi rencontré la presse à la fin de la dernière période de questions de l’année.

Au cours de la pause hivernale à Queen’s Park, le comité permanent des finances et des affaires économiques prévoit tenir des consultations prébudgétaires à Cornwall, Fort Érié, Fort Frances, London, Ottawa, Sudbury et Toronto.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org