#Canada, #Francophonie

Les aînés francophones attendent beaucoup du scrutin

Les statistiques démographiques indiquent que la région de Peel-Halton comptait 29 000 aînés francophones lors du recensement national de 2011.Archives

OTTAWA – Peu importe la nouvelle couleur du gouvernement lundi 19 octobre, la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAACF) a déjà fixé ses objectifs.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

L’organisme représentant 60 000 aînés francophones dans tout le Canada a ciblé des revendications clés tout au long de la campagne. Parmi elles: la nécessité d’améliorer les services en français.

«Dans les territoires en situation minoritaire, les aînés francophones sont éparpillés et confrontés à l’isolement. Il est très difficile pour eux d’obtenir parfois des soins», explique à #ONfr Jean-Luc Racine, directeur général de la FAAFC.

«Dans le cas de ceux atteints de démence ou de la maladie d’Alzheimer, il y a une perte d’usage dans le langue seconde qui est bien souvent l’anglais. Il faut parfois faire plus d’une heure de route afin de bénéficier de services en français.»

La croissance des aînés est telle que les dernières estimations de Statistique Canada, le 1er juillet 2015, montraient une population canadienne de 16,1 % de personnes de plus de 65 ans contre 16 % pour les moins de 14 ans. Un tournant démographique.

Autre cheval de bataille pour la FAACF: un accès plus élargi aux médicaments. «Les programmes provinciaux sur le sujet varient beaucoup d’une province à l’autre», note M. Racine. «Le Canada reste avec les États-Unis l’un des pays où les médicaments sont les plus chers.»

L’organisme attend pour cela la mise en place d’un régime universel d’assurance médicaments au Canada, ou encore un nouveau transfert fédéral pour le soutien et les soins à domicile ainsi que l’appui aux proches aidants.

 

Plateformes

En partenariat avec ses douze organismes membres dans le Canada, la FAACF a passé une bonne partie de la campagne à compiler les engagements des partis politiques sur ces thèmes chers.

Si le groupe se définit avant tout comme «apolitique», refusant d’appuyer dès lors un parti, il n’en demeure pas moins intéressé par certaines positions.

«Sur le soutien et les soins à domicile, trois partis (ndlr, les libéraux, les verts et le NPD) ont proposé des mesures concrètes.»

Le Parti libéral a même donné une réponse chiffrée, s’engageant à investir 3 milliards$ au cours des quatre prochaines années pour améliorer cette offre de service.

Le Parti vert a par ailleurs été le seul à se prononcer favorablement à un régime universel de médicaments. «Le plan national d’assurance médicaments qui, grâce à l’avantage de l’achat en gros, fera effectivement économiser au Canadien 11 milliards $ par année», rapporte la FAACF en guise de citation du parti Elizabeth May.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org