#Francophonie, #Ontario

Le Village d’antan franco-ontarien pas avant 2020

Le Village d'antan ne devrait sera pas être terminé avant 2020. Archives #ONfr

ST-ALBERT – Initialement prévu en 2017, le Village d’antan franco-ontarien (VAFO) ne sera pas pour cette année. Le site sur la fromagerie St-Albert dans l’Est ontarien ne devrait pas voir le jour avant 2020, a appris #ONfr.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«Nous n’avons pas encore de financement, et on sait que ça prend deux ans pour tout construire», précise Robert Laplante, le président du conseil d’administration du VAFO. «Au meilleur scénario, ça serait donc 2020 (…) Car si on a du financement du fédéral, on ne commencerait pas avant 2018, et la construction prendrait deux ans.»

La solution maintenant envisagée? Une présentation devant les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) aura lieu le mois prochain. Avec l’idée que le gouvernement des huit municipalités de Glengarry-Prescott-Russell (GPR) mette sur la table un financement pour le projet. Une somme certes «conditionnelle» à une participation du palier fédéral et provincial que M. Laplante ne veut pas encore rendre publique.

La formule s’inspirerait des célébrations du 400e de présence francophone en Ontario à Penetanguishene. «La municipalité avait mis de l’argent conditionnel, puis ils ont obtenu du fédéral et du provincial. C’est l’espoir que l’on a.»

Quelque 3,4 millions de dollars sont toujours exigés pour la réalisation de cette réplique d’un village typique de l’Ontario français pendant les années 1850 à 1900.

«Je compte aller chercher ma juste part», laisse entendre le député fédéral de GPR, Francis Drouin. «Je crois vraiment au projet, c’est une très bonne idée, surtout avec le village de St-Albert, ça créerait un pôle touristique.»

Depuis 2012, date du lancement officiel du projet, les différents paliers n’ont cessé de se renvoyer la balle pour savoir qui doit mettre l’argent en premier dans le VAFO. «Je travaille très bien avec Grant Crack (le député provincial de GPR), on travaille en collaboration. Des fois oui, c’est l’œuf ou la poule, mais j’espère être la poule pour pondre l’œuf.»

Interrogé lui-aussi par #ONfr, M. Crack évoque en substance les CUPR. «C’est toujours un avantage d’avoir l’appui des municipalités locales. Je sais que c’est un projet important pour la région et le tourisme.»

 

Pépins

Toujours est-il que le VAFO n’en est pas à ses premiers pépins. Prévu dans un premier temps en 2015, le projet avait d’abord été repoussé en 2017. Puis les retards dans l’objectif financier avaient forcé les organisateurs à revoir le plan à la baisse. Le montant de 8 millions de dollars fixé pour l’ensemble des constructions se trouvait ainsi ramené à 3,4 millions dollars

Dernier coup dur pour le projet: l’absence d’un coup de pouce financier de la part du gouvernement provincial dans l’enveloppe allouée pour les célébrations du 400e anniversaire de présence française en Ontario. Des 5,9 millions dollars offerts par l’Office des affaires francophones (OAF), le VAFO n’avait rien reçu.

Si le projet arrive à terme, le site du VAFO comprendrait une quinzaine de maisons, un pavillon d’accueil, et peut-être l’ajout d’un «village indien».

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.