#Francophonie, #Ontario

Le Québec dit soutenir la francophonie minoritaire

La photo représente les drapeaux du Canada et du Québec.
Les drapeaux du Canada et du Québec. Archives, #ONfr

https://www.youtube.com/watch?v=2SZVgx08H4I&feature=youtu.be
TORONTO – Le Québec joue un rôle primordial pour promouvoir la langue française et la culture francophone d’un océan à l’autre, selon la chef de poste du Bureau du Québec à Toronto. À l’occasion d’une rare entrevue, Nicole Lemieux a cependant admis que les Québécois ne connaissent peut-être pas assez la réalité des francophones en situation minoritaire.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Depuis deux ans, les représentants du gouvernement québécois ont été visibles sur de nombreuses tribunes pour promouvoir le français dans le reste du Canada. Une déclaration a été signée au début de l’année au Manitoba, alors qu’une autre l’avait été en Ontario en 2014. Le ministre québécois de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, a aussi occupé une place centrale lors des célébrations du 400e de la francophonie ontarienne.

«On profite des événements comme le 400e en Ontario ou le 150e de la Confédération pour rappeler que le Canada français est un peuple fondateur», avance Mme Lemieux pour expliquer cette visibilité marquée du Québec hors de ses frontières. Selon elle, le gouvernement québécois a la responsabilité de promouvoir le français aussi dans le reste du pays.

«Peut-être que le Québec ne connaît pas suffisamment la francophonie hors-Québec», avance toutefois la Chef de poste du Bureau du Québec à Toronto. «J’ai eu l’occasion en faisant cette tournée avec le ministre Fournier de constater la vitalité de ces communautés, leur importance, ce qu’ils peuvent investir pour avoir des services en français et la défense du français. Ils sont très dynamiques», ajoute-t-elle.

Le gouvernement québécois a pris l’engagement d’accroître l’espace francophone au pays, notamment en faisant la promotion des services en français, affirme Nicole Lemieux. La diplomate québécoise révèle qu’au cours des derniers mois, le ministre Fournier a été à la rencontre de ministres de partout au pays pour les encourager à augmenter l’offre de services en français et la place de la francophonie dans leur province.

Le Québec souhaite s’inspirer de ses déclarations communes avec l’Ontario et le Manitoba pour signer des ententes de promotion du français avec l’ensemble des provinces et territoires du pays, souligne Mme Lemieux.

Dans la Déclaration de Toronto, le Québec prend une position tranchée sur la question de l’immigration francophone. De pair avec l’Ontario, il demande au fédéral d’agir «afin que le poids démographique des francophones soit maintenu partout au pays». Des mesures en ce sens doivent être prises rapidement, disait-on déjà en 2014.

«Le Canada a une cible de 4,4%. L’Ontario en a une de 5%. Le Québec veut contribuer à promouvoir l’immigration de langue française», précise la chef de poste du Bureau du Québec à Toronto.

Par le passé, le gouvernement du Québec a été vivement critiqué pour avoir pris des positions nuisant aux francophones hors-Québec. Le gouvernement québécois a notamment fait entendre sa voix devant la Cour suprême pour s’opposer aux demandes de francophones du Yukon en matière d’accès à l’éducation en français, craignant que les anglophones en situation minoritaire de la Belle province profitent aussi de la décision.

La Chef de bureau du Québec à Toronto insiste sur sa neutralité concernant toutes les questions plus politiques. Elle souligne, par exemple, ne pas souhaiter se prononcer sur le controversé dossier d’une université franco-ontarienne ou encore le débat entourant le statut unilingue anglophone de la Ville d’Ottawa. «Ce sont des questions qui relèvent de la gouverne du gouvernement en place ici en Ontario. Nous encourageons des éléments qui sont convenus d’un commun accord avec le gouvernement de l’Ontario», répond-elle.

 

L’ère du rapprochement

La chef de poste du Bureau du Québec à Toronto consacre une bonne partie de son temps à développer les échanges économiques entre la Belle province et l’Ontario. «Il y a une volonté de renforcer l’espace économique Québec/Ontario», insiste Nicole Lemieux. L’objectif est de faire de cette région géographique «un pôle de productivité, d’innovation et d’exportation», renchérit-elle.

Dans cette optique, elle affirme qu’il faut arrêter de considérer les deux provinces uniquement comme des adversaires. Il ne faut pas s’étonner si l’on voit dans les prochaines années encore davantage de missions économiques conjointes à l’étranger, dit-elle.

«Ce qui a permis des conditions favorables à ce rapprochement plus récent, c’est le fait qu’au printemps 2014, il y a eu élection de deux gouvernements majoritaires, un au Québec, l’autre en Ontario. Les deux avaient l’intention de recréer de rapprochement», selon Mme Lemieux.

Depuis les années 1960, plusieurs tandems entre premiers ministres québécois et ontarien se sont formés, notamment celui entre Jean Lesage et John Robarts. La chef de bureau du Québec à Toronto présente la relation entre Kathleen Wynne et Philippe Couillard de la même façon.

Le retour des Conseils des ministres conjoint Québec-Ontario illustre cette bonne entente. «C’est une période d’effervescence», selon Mme Lemieux. Les infrastructures, les changements climatiques et les régimes de pension, notamment, sont autant de sujets prioritaires pour les deux gouvernements.

Au cours des dernières décennies, le départ de plusieurs sièges sociaux du Québec vers l’Ontario a fait grand bruit, tout comme les débats référendaires.
La diplomate québécoise dit que cela n’affecte pas les discussions qu’elle peut avoir avec des intervenants économiques ontariens. «Les gens de Toronto ne me parlent pas nécessairement de ça. Je sens un climat d’ouverture. L’idée de faire des missions conjointes face à la concurrence internationale prouve que le discours est plus orienté vers là qu’au niveau de la concurrence entre les deux provinces», insiste-t-elle.

Les gouvernements ontarien et québécois se sont déjà donné un autre rendez-vous. Au cours des prochains mois, un Sommet conjoint sur le logement et l’itinérance doit avoir lieu. L’événement doit permettre aux deux provinces d’échanger sur les meilleures pratiques et à éteindre les collaborations dans cette sphère.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.