#Francophonie, #Ontario

Le projet du Village d’antan bien mal en point

Le Village d'antan ne devrait sera pas être terminé avant 2020. Archives #ONfr

ST-ALBERT – Les subventions n’affluent toujours pas pour la construction du Village d’antan franco-ontarien (VAFO), sur le site de la Fromagerie St-Albert, dans l’Est ontarien. Trois ans jour pour jour après le lancement de la campagne de financement, les organisateurs annoncent que le projet ne pourra pas être terminé entièrement en 2017.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

«Notre approche est maintenant différente», fait part Robert Laplante, le président du conseil d’administration du VAFO. «On vise toujours l’ouverture en 2017, mais la construction s’échelonnerait par la suite. Il est clair que nous n’aurons pas l’argent pour construire tous les bâtiments en 2017.»

Quelques mois après le lancement de la campagne de financement, M. Laplante et son équipe avaient été contraints de repousser à 2017 la date pour l’ouverture du projet initialement prévue en 2015.

La raison? L’incapacité d’obtenir des subventions des différents paliers gouvernementaux pour la réalisation de cette réplique d’un village typique de l’Ontario français pendant les années 1850 à 1900.

Aujourd’hui encore, l’argent n’arrive toujours pas. Les organisateurs annoncent avoir récolté seulement 200 000$ de dons, et un peu plus de 1 million$ des différents partenariats. Un chiffre qui peine véritablement à décoller depuis plusieurs mois.

L’an dernier, les retards dans l’objectif financier avaient forcé les organisateurs à revoir le projet à la baisse. Le montant de 8 millions$ fixé pour l’ensemble des constructions se trouvait ainsi ramené à 3,4 millions$.

Dernier coup dur pour le projet: l’absence d’un coup de pouce financier de la part du gouvernement provincial dans l’enveloppe allouée pour les célébrations du 400e anniversaire de présence française en Ontario. Dès 5,9 millions$ offerts par l’Office des affaires francophones (OIF), le VAFO n’a rien reçu.

«On espérait, mais on n’a effectivement rien eu», lâche du bout des lèvres M. Laplante. «Les différents paliers se renvoient la balle sur qui doit mettre l’argent le premier.»

 

Nouvelle campagne de financement?

Le VAFO est donc bien loin de l’ambiance solennelle du lancement de la campagne de financement, le 5 novembre 2012, à Rockland. Devant une centaine de personnes, les ambassadeurs du projet, Jacques Martin et Dyane Adam, avaient poussé un premier cri de ralliement pour le projet.

Le hic, c’est que trois ans après, les organisateurs pourraient bien être obligés de lancer une nouvelle campagne de financement. «Les dons étaient bien souvent des dépôts annuels voire mensuels, valables sur trois ans à partir de novembre 2012. Certains commencent donc à être échus», explique M. Laplante.

Malgré les écueils, l’organisateur voit quand même des signes positifs. L’attrait de la Fromagerie St-Albert reste plus que jamais une aubaine à ses yeux. «Avant l’incendie, on parlait de 150 000 visiteurs par an, aujourd’hui on parle de 500 000 et un million dans quelques années. Cela pourrait motiver quelques investisseurs.»

M. Laplante tentera prochainement une nouvelle présentation devant les Comtés Unis de Prescott et Russell, le gouvernement régional des huit municipalités rurales dans l’Est ontarien. «Nous verrons bien», conclut-il prudemment.

Le nouveau député fédéral Francis Drouin a déjà été approché. «Je suis prêt à me battre pour le projet», fait-il savoir à #ONfr. «Il faut que je rencontre la nouvelle ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, pour en discuter.»

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org